Transformation – Séchage de plantes médicinales

Transformation – Séchage de plantes médicinales

3 octobre 2019 0 Par Audray Pepin

Le séchage de plantes médicinales est la forme de conservation traditionnelle la plus courante. Il y a séchage et séchage: avez-vous déjà comparé la différence d’odeur entre la camomille séchée par votre herboriste et celle du sachet de tisane du commerce? Avec cette fiche transformation vous aurez toute l’information et les astuces  pour réaliser des produits bien supérieurs à ceux du commerce, en peu d’efforts et avec des outils simples.

Pourquoi faire le séchage de plantes médicinales

Économique, le séchage permet de conserver la majorité des propriétés médicinales d’une plante sur une période d’environ 1 an. Comme chaque partie de la plante a ses cycles, elles n’ont un maximum de principes actifs qu’à un moment de l’année; faire sécher ses plantes c’est avoir accès au meilleur de votre jardin à longueur d’année.

Les plantes sont constituées principalement d’eau (généralement entre 65 et  85%). Or, l’eau étant source de  vie, tant qu’il y en aura autant, les micro-organismes s’y développeront et la plante ne se conservera pas.

Sélectionner et préparer les plantes pour le séchage

  • Cueillez, si possible, les plantes à déshydrater en période sèche (il aura moins d’eau dans la plante)

  • Ne nettoyez les plantes que si nécessaire, évitez tout trempage

    • astuce Pointing up: pailler ses plantes au jardin permet non seulement de limiter l’arrosage mais évite que la terre salisse les plants

    • astuce Pointing up: nettoyer les racines immédiatement après la récolte facilitera la tâche

  • Découpez le moins possible les plantes à sécher (réduire la surface exposée à l’air ralentit la dégradation de la plante séchée par oxydation)
    • Gardez la plante dans les morceaux les plus gros possibles en fonction de l’espace et du temps de séchage disponible

    • Par contre, coupez en lamelle les racines qui sont denses et longues à sécher

    • Enlevez  la nervure principale si celle-ci est volumineuse (comme par exemple la molène) car elle contient beaucoup d’eau

    • Ne séchez que la partie considérée médicinale pour le séchage

      • Si toutes les parties sont médicinales (ex. le pissenlit) séparez la racine de la tige. Si la tige ou les feuilles contiennent beaucoup d’eau séparez-les  pour éviter que la plante concentre son eau dans les fleurs et les feuilles au détriment des racines et utilisez la méthode sur treillis

Note: toutes les parties des plantes ne sont pas à leur maximum au même moment.  En général, vous récolterez les feuilles en début d’été, les fleurs tout au long de l’été et les racines à l’automne. Donc il devrait être plutôt rare que vous aurez à sécher toutes les parties d’une plante au même moment.

Méthodes de séchage des plantes médicinales

fleur séché par bouquet suspendu

Séchage de plantes par suspension par Roger Ward

Par suspension (méthode traditionnelle):

Cette méthode est particulièrement adaptée aux petites plantes où l’on cueille les feuilles et fleurs sur tige et dont les feuilles sont de petite taille, par exemple: avoine, thym, achillée millefeuille, romarin, sarriette… Pour cette méthode gardez la tige, les feuilles et la fleur ensemble
    1. Sélectionnez et assurez-vous de la propreté de la plante (voir Sélectionner et préparer les plantes pour le séchage)
    2. Prenez quelques tiges entières et faites un bouquet
    3. Enroulez de la corde ou du raphia autour du bouquet et gardez de la corde pour le fixer en hauteur
    4. Pendez les feuilles par la tige (tête en bas)  et pour la durée du séchage par suspension… si l’endroit est éclairé on peut les mettre dans un sac de  papier autour du bouquet

Sur treillis ou plateaux horizontaux

séchage de calendule sur treillis

Séchage de plantes sur treillis par Audray Pepin

    1. Assurez-vous que la plante est saine et propre
    2. Coupez la partie médicinale à conserver
      • S’il s’agit d’une racine, coupez en lamelle (vidéo à venir)
      • Si la plante entière est médicinale on va séparer  la fleur ou la sommité fleurie, les feuilles et la racine
      • si la feuille a de grosse nervures on va les retirer  (vidéo à venir) pour raccourcir le temps de séchage
    3. Disposez les parties à sécher sur le plateau pour éviter que celles-ci se touchent
      • on place les fleur à l’envers pour que le poids de la fleur maintienne les pétales ouvertes
    4. Partir la ventilation (attention la ventilation devrait souffler l’air chaud vers le haut; si vous avez une ventilation horizontale, prévoyez des déflecteurs pour éviter que les plantes séchées ne se déplacent partout dans le séchoir
Evitez de faire sécher les plantes médicinales au four avec la porte entrouverte, car il est impossible d’avoir des températures aussi basses que 30°C. Si aucune des solutions ci-haut mentionnées n’est disponible, étendre simplement sur du papier et laisser dans un endroit aéré et sec.

Température de séchage :  30°C

En général pour un séchoir avec plusieurs types de plantes on règle à 30°C, si on a peur d’avoir un temps de séchage trop long à cette température on va généralement augmenter la ventilation plutôt que la chaleur… Cette température est surtout critique pour les plantes qui ont beaucoup de principes actifs volatiles  (reconnaissables à leur bouquet odorant) comme les huiles essentielless et terpènes, esters etc. En chauffant trop vous donnerez à l’air ambiant ces molécules plutôt qu’à vos produits.

Une exception importante: si les plantes à sécher viennent d’une cueillette dans un milieu forestier, où les plantes auraient pu avoir été souillées par une déjection de renard, coyote, loup ou chien domestique.  Dans ce cas, pour éviter que les plantes puissent transmettre l’echinococcose, faites sécher votre cueillette à 40°C.  C’est extrêmement rare au Québec mais comme les conséquences sont importantes, mieux vaut ne pas prendre de chances.

Durée du séchage

Selon la quantité d’eau dans la plante et l’humidité de l’air le séchage prend entre quelques heures (par exemple Usnée Barbue) à quelques jours (par exemple pour la Bourrache)

Précautions pendant le séchage des plantes médicinales :

  • Protégez-les de la lumière (endroit sombre, ou utilisez un sac de papier)

  • Évitez une température de séchage au-dessus de 30°C ou 35°C, pour mieux conserver les composants volatiles comme les huiles essentielles

  • Assurez une bonne ventilation pour évacuer l’humidité (un séchage rapide à basse température sera idéal)

  • Assurez-vous que les plantes soient complètement déshydratées avant de les ranger hermétiquement. Elles doivent être légères et craquantes. Dans le doute, prolongez un peu. Une plante partiellement déshydratée va pourrir et détruire toutes les plantes entreposées dans le même contenant.

Conservation et précaution pendant l’entreposage

Le séchage augmente la conservation des principes actifs dans les plantes. Cela dit, il suffit de comparer une plante fraîchement séchée à une autre dont le séchage remonte à quelques années pour voir que le procédé ne fait que ralentir le processus de dégradation… Au fil des mois la plante perdra son éclat (tanins), son odeur et son goût (huiles essentielles).  Elle sera de plus en plus fade et de moins en moins riche en principes actifs.

Comme la plupart des plantes ont un cycle de 1 an, si vous cultivez vos plantes au jardin, renouvelez vos réserves tous les ans… vous aurez alors toujours la meilleur qualité pour vos usages.

Cela dit il y a quelques astuces Pointing uppour optimiser la conservation pendant l’entreposage:

  • Protégez-les de l’écrasement (une plante séchée est fragile, plus elle est entière, moins elle s’oxydera et plus elle se conservera)
  • Protégez-les de la lumière (contenant opaque, rangement dans une armoire…)
  • Limitez l’accès à l’air. Prenez des contenants hermétiques

  • Évitez l’exposition à de la chaleur excessive
Dans tous les cas, observez les plantes avant de les consommer: si le contenu sent bon, que les couleurs sont bien préservées et que les feuilles ou fleurs sont craquantes, alors il est encore bon.

Les bons outils pour le séchage de plantes médicinales

Séchoir du commerce

Un déshydrateur avec le vent chaud poussé vers le haut

déhydrateur vent poussé vers le haut

La plupart des modèles permettent d’ajouter des plateaux (pour permettre d’agrandir votre capacité plus tard).

Ils peuvent également être utilisés comme source de chaleur sous votre étagère à filet ou votre dispositif à plateaux horizontaux.

Si vous choisissez cette option vérifiez :

  • Que le thermomètre est réglable à basse température (30°C)
  • Que la capacité vous convient
  • La facilité de nettoyage des plateaux: souvent ils ne vont pas au lave-vaiselle et sont fragiles.

Un déshydrateur avec le vent à l’horizontale

déhydrateur vent poussé horizontalCes modèles offrent souvent plus de contrôle sur la température de séchage (notamment les basse températures). On peut omettre des plateaux pour augmenter l’espacement entre eux, ce qui peut être pratique si vous faites sécher de grosses fleurs tête vers le bas.

Avec ces modèles il faut prendre l’habitude de fermer la ventilation avant d’ouvrir le panneau.

Fabriquer son séchoir:

On veut des filets horizontaux, bien aérés autour de 30°C,  disposés en colonne dans un endroit sec à l’abri de la lumière. Pour créer ces conditions il suffit d’espace à l’abri de la lumière, d’un ventilateur, d’une petite source de chaleur. Les séchoirs les plus sophistiqués ont également un déshumidificateur, des senseurs de température reliés à la source de chaleur, mais ils ne sont pas nécessaires.

Les images ci-dessous montrent un séchoir d’herboriste et des plateaux horizontaux pour produire un grand volume de plantes séchées… si vous avez la place et que vous êtes bricoleur… c’est parfait.  Instruction pour fabriquer son déhydrateur.

plateau de séchage, avec mousseline par Audray Pepin

Plateau de séchage de plantes, avec mousseline

séchoire d'herboriste par Audray Pepin

séchoir d’herboriste 

Sinon il y a plusieurs options qui permettent une excellente qualité de séchage des plantes médicinales

Exemple de filet dehydrateur du commerce

Exemple de filet dehydrateur du commerce

    • On peut se construire des plateaux – j’aime bien cette vidéo DIY pour les faire soi-même
    • ou alors acheter une étagère en filet (voir photo)

On positionne le tout dans un endroit à l’abri de la lumière (dans une pièce sombre ou un garde-robe bien aéré).

Idéalement l’endroit est naturellement chaud et sec (grenier, chauffe-eau)

Au besoin on ajoute la ventilation, un déshumidificateur ou une petite source de chaleur (par exemple un déshydrateur du commerce)

Séchage de plantes - entreposage tradditionel photo par Bob

Séchage de plantes – entreposage tradditionel photo par Bob

Contenant pour entreposer les plantes séchées

Dans un monde idéal on range ses plantes dans des bocaux non-toxiques, hermétiques, opaques et ré-utilisables.

Souvent ces solutions prennent beaucoup de place et sont dispendieuses.

Personnellement je place mes plantes dans des sacs de plastique à fermeture hermétique que je garde dans des caisses de carton, classés par ordre alphabétique, et je réutilise les sacs aussi longtemps qu’ils sont hermétiques.

Crédit photo de la page titre: Jurek D. (Jerzy Durczak)

Partager l'article :