Astringente

26 août 2020 0 Par Audray Pepin

La plante astringente contracte et resserre les tissus des muqueuses.

Elle raffermit les muqueuses enflammées, les rend moins perméables et réduit les pertes de liquide (sang, diarrhées, lymphe…). En excès, l’astringence peut constiper, irriter et nuire à l’absorption des nutriments.

L’astringence n’est pas une saveur mais une sensation bio-mécanique. Lorsqu’un produit astringent est consommé, l’effet desséchant occupe toute la bouche, aussi bien la langue que l’intérieur des joues.

L’astringence ne doit pas être confondue avec l’amertume (…) qui est « détectée » par les papilles gustative de la langue. Mais certaines substances (végétales ou chimiques) peuvent être à la fois amères et astringentes.

Wikipédia

Élément(s) actif(s)* chez la plante astringente

Une plante astringente est une plante riche en tanins.

L’action astringente consiste à précipiter les protéines. Cette action est suffisamment rapide pour la ressentir dans la bouche lorsqu’on mange un aliment astringent. Cette action structurante et asséchante sur les muqueuses et les mucus améliore le rôle protecteur des muqueuses. Ainsi resserrées elles formeront une meilleure barrière aux éléments externes. Les tanins sont par extension anti-inflammatoires, hémostatiques, antiseptiques, antifongiques et antidiarrhéiques.

Également, certains tanins dits condensés seront bénéfiques pour le système cardio-vasculaire, ils protégeront le cœur et renforciront les parois des veines. Parmi les sources de tanin condensé, on note le raisin rouge (et son vin), le cacao, l’aubépine et l’hamamélis.

Plantes astringentes

Fortement astringente (À utiliser avec modération sur une courte période, irrite les muqueuses de l’estomac):
Bourse-à-pasteurCapsella bursa-pastoris 1 2 3, busseroleArctostaphylos uva-ursi 4 1 5 3, chêne blanc (excessivement astringent) – Quercus alba 4 1 2 3 , noyer noirJuglans nigra 4 1
Astringente :
AigremoineAgrimonia eupatoria 1 6 3 , alchémilleAlchemilla vulgaris 4 1 3 , aubépineCrataegus spp. 4 1 2, cacao5, consoudeSymphytum officinal 1 5 3, hamamélisAmamelis virginiana 4 6 3 , lierre terrestreGlechom hederacea 4 7 5 3 , millepertuisHypericum perforatum 4 2 3 , potentillePotentilla spp. 6 1 , prêle des champs – Equisetum arvense 1 3 , Reine-des-présFilipendula ulmaria 4 3, saugeSalvia officinalis 4 3 , verge d’orSolidago spp. 1 4 3 , verveineVerbena officinalis 4 3 , théCamellia sinensis 1 3, vigne rougeVitis vinifera var. tinctoria 4 1 3
Astringence douce (Approprié pour les enfants, où de longues périodes):
Achillée millefeuilleAchillea millefolium 4 1 3 , framboisier Rubus spp. 4 3 , ortieUrtica dioica 4 1 3, plantinPlantago major 4 1 3, fraisier – Fragaria spp. 1 6 3 , églantierRosa canina 4 6 2 3

Plante astringente: Les bonnes utilisations

Problématique:
Plaies et cicatrisation

Pour les petites plaies, les plantes astringentes (qui sont également hémostatiques, anti-inflammatoires et antiseptiques) sont un combo gagnant. On peut ajouter d’autres spécialistes selon les besoins:

Cicatrisantes / vulnéraires: accélèrent la cicatrisation
Analgésiques / antalgiques: réduisent la douleur
Antiseptiques / antibactériennes: désinfectent la plaie
Hémostatiques: arrêtent le sang de couler
Ici les plantes seront utilisées principalement en externe… On peut les utiliser en cataplasme, onguent, ou simplement verser une infusion sur la plaie.

chevalier blessé

Problématique:
Hémorroïdes

Les hémorroïdes peuvent avoir plusieurs causes: hérédité, faiblesse veineuse, trop de pression (sédentarité, constipation, soulever des masses trop lourdes…). Il est intéressant de chercher la cause pour réduire les chances de récurrences. Plusieurs propriétés de plantes peuvent agir sur les hémorroïdes ou leurs causes:

Astringentes: resserrent les tissus et fortifient les membranes veineuses (application externe de quelques minutes);
Émollientes adoucissantes: réduisent l’inconfort et la douleur (également en externe, par exemple en utilisant un onguent);
Laxatives: résolvent la constipation (qui peut en être la cause);
Hépatiques: préviennent de futures constipations.
Attention: consultez votre médecin pour vous assurer que vos hémorroïdes ne dégénèrent pas en thrombose.

hémorroïdes

Problématique:
Diarrhée

On pense naturellement aux plantes anti-diarrhéiques qui sont les grandes expertes. Mais de quelle manière ces plantes agissent-elles? Voici les principales propriétés que l’on recherche en cas de diarrhée:
Antibactériennes, antiseptiques: si la cause est liée à un micro-organisme;
Astringentes: réduisent la proportion d’eau dans les selles;
Analgésiques / anti-inflammatoires: réduisent l’inconfort relié à l’irritation et à l’inflammation des muqueuses;
Antispasmodiques: calment, relaxent le système digestif.
L’usage de plantes médicinales ne change pas les instructions de base comme la nécessité de bien s’hydrater et de consommer du sel.
Attention: s’il y a fièvre, présence de sang dans les selles et/ou si l’état perdure plus de 24h contacter votre médecin.

Diarrhée

Problématique:
Ulcère d’estomac, gastrite, ulcère intestinal.

Les plantes émollientes sont les grandes expertes, elles protègent et aident la muqueuse à guérir. Cependant elles doivent aussi être complétées de plantes aux propriétés suivantes:
Antibactériennes, antiseptiques: combattent la bactérie H. Pylori (si c’est la cause de l’ulcère;
Astringentes (douces): resserrent la muqueuse;
Alcalifiantes: combattent l’acidité;
Vulnéraires: guérissent les lésions de la muqueuse.

Problématique:
Mal de gorge, laryngite, pharyngite

Pour la douleur les plantes antalgiques sont les expertes. Cependant il arrive qu’on doive les combiner aux plantes suivantes pour résoudre la cause de la douleur:
Antiseptiques (antivirales ou antibactériennes): détruisent les micro-organismes (bactérie ou virus en cause);
Anti-inflammatoires / Astringentes: réduisent l’inflammation, resserrent les tissus enflés;
Émolientes: réparent les muqueuses et réduisent l’irritation;
– Gargarisme de vinaigre de pomme ou d’eau salée.

Rouge-gorge

Transformation et consommation d’une plante astringente

Le thé et les tisanes

Puisque le thé est astringent, bien sur, les tisanes sont une bonne façon d’ingérer des tanins:

  • On utilise notamment les plantes astringentes en cas de maux de gorge avec inflammation (amygdalite, pharyngite, etc.);
  • On peut aussi faire une infusion et utiliser cette infusion soit en imbibant un tampon, soit en laissant couler la solution sur la plaie;
  • Parce que les tanins sont faciles à extraire, les infusions de plantes astringentes sont faciles à réussir.

Les solvants recommandés

Les tanins sont des composés faciles à extraire par la plupart des solvants.

  • L’eau (froide ou chaude);
  • L’alcool (idéalement les alcools dilués (50% et moins));
  • Le vinaigre;
  • La glycérine est un excellent solvant pour les tanins avec lequel elle s’associe. En se liant au tanin, la glycérine empêche les tanins de précipiter d’autres éléments actifs comme les alcaloïdes. On ajoute de la glycérine dans les préparations où l’on veut bénéficier à la fois des tanins et des alcaloïdes.

Précautions à prendre avec les plantes astringentes

Les plantes astringentes peuvent nuire à l’assimilation des nutriments et des médicaments. Attendre 2 heures entre la prise de médicament et la consommation d’une plante fortement astringente.

Ces plantes sont contre-indiquées pour les personnes qui souffrent de constipation ou de carence alimentaire.

Les plantes astringentes et fortement astringentes peuvent irriter l’estomac. En cas d’ulcère choisissez des astringentes douces (comme le plantain) et travaillez en combinaison avec des plantes émollientes.

Finalement, pour plus d’information sur les tanins et les plantes astringentes, je vous recommande les excellentes vidéos de Christoph Bernard:

Christophe Bernard – Herbaliste
Christophe Bernard – Herbaliste

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automédication.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice: “Précautions et interactions avec les médicaments” dans les fiches plante associées.

Les posologies sont données à titre indicatif et sauf précision contraire elles sont adaptées à l’adulte.

Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions être tenus pour responsables de ses conséquences ou d’une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du médecin.

Références
  1. Valnet, J. (2019). La phytothérapie, se soigner par les plantes. Paris : Vigot
  2. Laberge, D., LABERGE, H. (2011). L’héritage de l’Armoire aux herbes. . Lantier : L’Herbothèque
  3. https://data.nal.usda.gov/dataset/dr-dukes-phytochemical-and-ethnobotanical-databases
  4. Jacquemard, K. (2019). Le guide de la phytothérapie au quotidien. Paris : Rustica
  5. Debuigne, G., Couplan, F. (2019). Le PETIT LAROUSSE DES PLANTES MÉDICINALES. : Larousse
  6. Minker, C (2015). 200 plantes qui guérissent. 2e. Espagne : Larousse
  7. Chevallier, A. (2018). Encyclopédie des Plantes médicinales. Montréal : Sélection du Reader’s Digest
Partager l'article :