Transformation – macération huileuse ou macérat de plantes dans l’huile

Transformation – macération huileuse ou macérat de plantes dans l’huile

17 novembre 2019 0 Par Audray Pepin

Pourquoi faire une macération huileuse?

macération huileuse par Vratsagirl

macération huileuse par Vratsagirl

La macération huileuse est très efficace pour retenir les huiles essentielles, les cires et les résines.  En plus de ces composés dont elle est la spécialiste, elle est également efficace pour plusieurs vitamines (similaire à l’alcool)  et plusieurs composés phénoliques tel que flavonoïde, pigment (mais ces derniers sont solvables également dans l’alcool et le vinaigre.  Faire un macérat huileux donne une bonne huile aromatique et thérapeutique qui peut être utilisée directement en externe ou comme composant primaire d’un onguent ou d’une crème.  Bref pourquoi utiliser une huile simple quand on peut utiliser une huile pimpée avec des principes actifs des plantes.

Principes

On utilise une huile si possible assez stable (qui ne rancit pas trop vite) pour extraire certains principes actifs d’une plante.

On favorisera le contact du solvant et de la plante en (principe valable pour tous les concentrés liquide) :

  1. Coupant finement ou en broyant la plante médicinale
  2. Prolongeant le temps de macération selon le solvant et la plante choisie sur quelques jours à quelques mois
  3. En brassant régulièrement le pot de macération
  4. Parfois on peut élever la chaleur pour augmenter la puissance du solvant (Pratique fréquente avec les macéras huileux).

Macération huileuse et concentré liquide est-ce la même chose?

En théorie le macérat huileux  est un  concentré liquide dont le solvant est l’huile.  Par contre on voit rarement l’appellation concentré liquide d’huile, qu’on préfère appeler macération ou macérat huileux.  

solvant Nom spécifique du concentré liquide
Eau infusion et  décoction
Alcool teinture (voir transformation concentré liquide)
vinaigre concentré liquide de vinaigre ou vinaigre de…
glycérine glycéré
huile macérat huileux ou macération

Proportion

Une méthode traditionnelle simple consiste à tasser les plantes dans un pot, puis le remplir d’huile.  Selon la capacité d’entassement cette methode donnera entre 1: 1/2 à 1:4.

Plusieurs recettes parlent de proportion 1 volume de plante pour 2 volumes d’huile (1:2)

Afin de permettre plus de répétabilité on peut utiliser le poids, il est important que la quantité d’huile couvre la plante. On aura des proportions qui commenceront environ 1:4 avec des plantes fraîches et 1:10 pour des plantes séchées.

Si l’on désire une concentration supérieure à celle obtenue on peut diminuer la quantité d’huile, à condition que l’huile couvre la plante.  Si la plante hachée est toujours trop volumineuse, Il est possible de filtrer l’huile et refaire une 2e macération avec la même huile.

Comment fait-on une macération huileuse…

…à partir de plante séchée (et à froid)?

  1. Sélectionnez des plantes séchées de qualité (de l’année, bien conservées et propres)

  2. Coupez finement (ou broyez) la partie  de la plante utilisée

  3. Mélangez la plante et l’huile dans un pot (voir bons outils pour le type de contenant adéquat). Brassez le mélange lentement pour faire sortir les bulles d’air.

  4. Identifiez le macérat: Nom de la plante, nom de l’huile, date de début de macération, date de filtrage.

  5. Pendant la période de macération, remuez le pot fréquemment (au moins 2 fois par semaine).  La macération à froid se fait dans un environnent assez chaud entre 22 °C et 35 °C…  comme par exemple votre séchoir, le chauffe-eau…

  6. Une fois la période de macération terminée, filtrez le macérat une première fois dans un tamis fin ou un coton fromage, pressez fermement pour obtenir le plus de liquide possible.

  7. Laissez décanter une semaine,  puis  filtrez à nouveau dans un filtre à café non blanchi

  8. Vérifiez qu’il n’y a plus de particule solide dans le mélange  (si oui, refaites l’étape 6)

  9. Stérilisez des bouteilles

  10. Embouteillez

  11. Identifiez chaque bouteille (Nom de la plante, nom de l’huile utilisée, date de mise en bouteille | date de péremption, optionnel: ratio plante/solvant utilisé, posologie)

…à partir de plantes fraîches (et à froid)?

Pour les plantes fraîches quelques précautions supplémentaires sont nécessaires.  Avec des plantes fraîches on craint plus pour la moisissure et le rancissement de l’huile… de manière générale regardez et sentez le mélange à l’affut de champignons ou d’odeur.

En lien avec ce risque certaines étapes seront plus élaborées

  • à la sélection des plantes (étape 1) faites votre cueillette par temps sec (plusieurs jours sans pluie); si cela n’est pas faisable laissez assécher la plante quelques heures avant de la préparer.  Inspectez attentivement les plantes pour enlever saletés et insectes.  Ne nettoyez jamais une plante fraîche destinée à la macération huileuse avec de l’eau, enlevez les parties sales.
  • Contenant utilisé (étapes 3 et 6) utilisez des contenants secs et  stérilisés.  Lors de la mise en macération remplacez le couvercle par un coton ou un essuie-tout retenu par un élastique ou la bague d’un pot Masson..
  • Ajoutez (à l’étape 3)  1 à 2 gellules par litre de vitamine E  (non obligatoire, mais augmente la conservation)
  • Réduisez le temps de macération (voir tableau)
  • Lors du filtrage (étape 6 ) appuyez moins fermement, pour éviter de retirer l’eau /sève de la plante.

… à chaud (de plante fraîche ou séchée)?

On fait des macérations à chaud principalement pour 2 raisons:

  • Réduire le temps de macération (si vous avez besoin du produit rapidement)
  • Réduire rapidement la quantité d’eau présente dans les plantes fraîches gorgées d’eau

En contrepartie une macération à chaud aura une odeur moins douce et agréable.

Pour faire une macération à chaud, la meilleur technique consiste à utiliser un large crock-pot, remplissez-le à mi-hauteur d’eau et déposez les bouteilles de verre avec pour bouchon un tissu respirant fixé à l’aide d’un élastique.

Sélectionnez la chaleur:  réchaud (ne pas cuire)

maceration huileuse chaude

macération huileuse à chaud

Remplissez le crock-pot d’eau lorsque nécessaire et brassez régulièrement vos pots.

Temps de macération

Le temps varie principalement en fonction de la méthode de macération,

 
Méthode Durée
plante séchée – macération à froid 3 à 12 semaines
plante fraîche– macération à froid 2 à 3 semaines
macération à chaud 1 à 1,5 semaine

Temps de conservation et stockage

Le temps de conservation varie beaucoup d’un produit à l’autre.  Voici les facteurs d’influence:

  • Les macérats de plantes séchées se conserveront plus longtemps
  • L’huile utilisée: on recherche des  huiles qui se conservent longtemps à température pièce comme l’huile d’olive. 
  • L’entreposage (au frigidaire à l’abri de la lumière est préférable)
  • Le contact à un grand volume d’air, si la bouteille est à moitié pleine elle rancira plus rapidement.
  • La propreté des bocaux utilisés

Dans de bonnes conditions la macération pourra se conserver beaucoup plus longtemps que 1 an.  Mais comme ce sont des produits par nature plus fragiles n’hésitez pas à sentir et inspecter vos produits avant chaque usage

Danger de botulisme

Parce qu’une macération dans l’huile est faite avec une douce chaleur dans un milieu anaérobique, Ces macérations ne doivent pas être utilisée en interne , car il y aurait danger de botulisme.  Pour rappel le botulisme est causé par une bactérie neurotoxique  qui devient très dangereuse si elle se développe dans un milieu anaérobique.  Dans les cas un peu limite tel que la consoude sur une plaie ouverte ou l’ail dans les oreilles des petits enfants, on s’assurera de prendre des plantes séchées pour la macération et on peut ajouter du vinaigre à raison de 60 ml par litre d’huile.

Choix des ingrédients

Choix des huiles (solvant)

Les huiles les plus souvent choisies sont l’huile d’olive et l’huile de tournesol. Accessibles en version bio, prix raisonnable, polyvalentes et agréables sur la peau et très bonne conservation.

Si on fait une macération à chaud,  les beurres qui doivent être liquides pendant la macération et reprendront une forme solide pour l’utilisation… Ça peut être intéressant  pour leur stabilité mais aussi pour faire une pommade.  Par contre, il sera difficile d’appliquer une couche épaisse par la suite et leur utilisation dans les onguents réduira leur fluidité.

  • beurre de karité: (point de fusion 34 – 35 °C )  très hydratant, anti-inflammatoire, il donne aussi  une petite protection solaire
  • beurre de coco (non hydrogénée) (point de fusion 20– 28 °C  )… attention peut assécher les peaux sensibles
  • beurre de cacao (point de fusion 34 – 35 °C )  propriété émolliente, nourrissante et protectrice

Finalement trois huiles moins courantes mais intéressantes pour les macérations.

Huile de pépin de raisin: elle a une odeur neutre  et pénètre très rapidement la peau.

Huile d’avocat et huile de sésame blanc pour son pouvoir hydratant et sa petite protection solaire

Choix des plantes

 
Plante Utilisation(s) références
Arnica (FE) contusion , hématome, douleur musculaire Doctissimo
calendule (FL) l’irritation, la démangeaison et l’assèchement de la peau Doctissimo
Camomille allemande (FL) Massage: apaisante, relaxante, anti-inflammatoire Cosme bio
Consoude (RA) Douleur articulaire, cassure au niveau des os passepert santé
Millepertuis (SF) coup de soleil, brûlure, douleur musculaire… Attention rend la peau photosensible… doctissimo
Plantin (FE) irritation cutanée, piqûre d’insectes, brûlure, gerçures
Mélisse (FE) feux sauvage (prendre plante fraîche)
Cayenne (FR) Douleur musculaire, extrémité froide (due à des problème de circulation) Tisane et jardin

FE: Feuille, FL: Fleur, FR: fuit,  RA: racine SF: Somité Fleurie

Est-ce que les plantes fraîches sont préférables aux plantes séchées pour les macérats huileux?

Tout comme pour les teintures et les vinaigres il n’y a pas de réponse universelle à cette question.

Parce que l’huile est un solvant moins stable que les deux autres on favorise généralement les plantes séchées.  Lorsqu’on met des plantes fraîches on ajoute beaucoup d’eau au mélange et comme l’eau est source de vie, une macération faite à partir de plante fraîche aura plus de chance de rancir… Pour réussir les macérations de plante fraîche on utilisera souvent une douce chaleur, par exemple au-dessus du séchoir ou dans un croc pot rempli d’eau en mode réchaud ce qui nous permettra d’accélérer l’évaporation de l’eau dans la plante et réduire le temps de macération.

Personnellement je préfère, généralement, les macérations à partir de plante sèche sauf pour ces plantes :

  • Plantin (FE)
  • Arnica (FL)
  • Millepertuis (SF)
  • Sapin baumier (aiguilles, bourgeons)
  • Molène (FL)
  • Mélisse (FE)

FE: Feuille, FL: Fleur, SF: Somité Fleurie

Les bons outils

Les contenants

Comme nous l’avons vu l’exposition à la lumière et à l’air réduiront la conservation des macérations. Par contre on veut des verres translucides pour voir s’il y aurait formation de  substance à consistance  autre que la macération qui rendrait celle–ci impropre.

Pour l’entreposage: choisissez des bouteilles de volume égal à la quantité produite (et relativement petites) de forme élancée et en verre teinté.

Pour la macération: Choisissez des pots masson clair sur lesquels vous pourrez mettre un tissu qui sera retenu par la bague du pot.

Outils coupants

Pour un macérat huileux on va couper les plantes à la main ou les moudre (dans un moulin à café propre).  Ici  il n’est pas judicieux d’utiliser le robot avec la plante dans l’huile car ce procédé va apporter beaucoup d’air, ce qui réduit la résistance à rancir du macérat.

Outils pour filtrer

 

Le filtrage des macérats est plus difficile que les concentrés de vinaigre et d’alcool du fait que l’huile est plus visqueuse.

Commencez par filtrer les éléments solides dans un filtre un peu plus grossier et pour le 2e filtre, dans un filtre à café, vous pouvez réchauffer le macérat (jusqu’à 35 °C) pour diminuer la viscosité de l’huile.  Suspendez le filtre avec l’huile et prenez votre temps.

Crédit photo: photo titre: Trevor Leyenhorst Par ordre d’apparition: Vratsagirl, Audray Pepin  
Partager l'article :