Hépatique, hépatoprotecteur

17 novembre 2019 0 Par Audray Pepin

La plante hépatique agit sur le foie. Elle peut être hépatoprotectrice, régénératrice, tonique ou détoxifiante.

Notre alimentation moderne, les polluants et nos abus alimentaires et alcooliques ont augmenté nos besoins envers les plantes salvatrices du foie.

foie - hépatique
Relatif au foie : hépatique

Origine du mot hépatique

Emprunt au latin tardif hepaticus, ‘relatif au foie’.

Antidote

Note: Il est exact d’inclure les plantes cholérétiques comme des plantes hépatiques. En effet, une plante cholérétique stimule le foie à produire plus de bile. J’ai préféré grouper les propriétés cholérétique et cholagogue (qui extrait la bile de la vésicule biliaire) dans un article dédié sur les plantes draineuses de bile.

Élément(s) actif(s)* chez la plante hépatique.

Il y a plusieurs plantes qui utilisent différents types d’éléments actifs. Je vous présente quelques plantes dont certains composés ont démontré leur efficacité hépatique. Cependant pour les problèmes du foie on observe que bien souvent on a de meilleurs résultats à consommer la plante entière réduite en poudre qu’à utiliser une préparation dont le solvant (eau, alcool) ne réussira pas à extraire tous les composés. Dans le cas des plantes hépatiques, le totum est souvent plus actif que la somme des propriétés de ses composants.

Plante (nom latin)Activité(s)composé(s)type de composé
Chardon-Marie (Silybum marianum)Dépuratif
Régénération
Tonique
SilymarinePolyphénol (Flavoliganes)
Quercétol, éridyctiol, chrysoériol,taxifoline, apigénine, naringineFlavonoïdes
Artichaut (Cynara scolymus)Dépuratif
Cholagogue
Protection
CynarinePolyphénol
1.5 dicaféyl-quiniqueAcide-phénol
CynaropicrineLactones sesquiterpéniques
Achillée millefeuille (Achillea millefolium)Protection
Régénération
Acide caféiqueAcide-phénol
LianolHuile essentielle
Romarin (Rosmarinus officinalis)Anti-oxydant
Cholagogue
Protection
Rosmanol, carnosolHuile essentielle
Acide rosmariniqueAcides phénols
Diterpène
Description de plantes hépatiques et leur composés actifs 1

La silymarine du chardon-Marie est une grande star des plantes hépatoprotectrices. On lui attribue les fonctions suivantes:

  • Fortifier la membrane du foie, pour réduire l’absorption de produits toxiques et contribuer à la détoxification du foie;
  • Accroître la formation d’enzymes et stimuler la régénération du foie.

Plantes Hépatiques

Hépatoprotectrice

Achilée Millefeuille 2 , Aigremoine 3 4 , Artichaut 2 5 6 , Bardane 3 7 , Chardon-Marie 2 5 6 7 8, chicorée sauvage 8 9 , curcuma 5 8 10 , Pissenlit 3 6 11 , Réglisse 3 12, Réglisse 7 , Romarin 5 6 , Schisandra 3 8

Bien lire la fiche plante associée pour connaître les systèmes de prédilection, les restrictions et interactions possibles.

Les plantes hépatiques: les bonnes utilisations

Problématique: Gueule de bois

Voyons ensemble les propriétés de plantes qui peuvent adoucir les lendemains de veille :

Hépatiques / Hépatoprotectrices, cholériques / cholagogues: soutiennent et stimulent le travail du foie;
Anti-émétiques / antivomitives: réduisent les nausées et les vomissements;
Digestives, apéritives: soutenir le système digestif
Antidotes: réduisent l’effet du poison (ici l’alcool) avant qu’il ne soit digéré;
Émétiques / purgatives: font vomir. C’est la voie drastique que l’on peut pratiquer peu de temps après avoir ingéré l’alcool, avant que le foie l’ait filtré. C’est déplaisant, mais ça peut nous éviter les pires effets de l’intoxication à l’alcool.

whisky

Problématique: Hépatite A

En cas d’hépatite A on pense à protéger son foie avec des plantes hépatoprotectrices.

Anti-inflammatoires: combattent les lésions inflammatoires du foie;
Antivirales: puisque c’est une maladie d’origine virale;
Immunostimulantes: soutiennent le corps dans sa bataille;
Dépuratives: nettoient le sang et la lymphe après le combat viral.

Note: bien que l’hépatite A ne soit généralement pas mortelle, c’est une maladie infectieuse sérieuse qui demande de consulter rapidement votre médecin.

hépatite - jaunisse artistique

Problématique:
Hémorroïdes

Les hémorroïdes peuvent avoir plusieurs causes: hérédité, faiblesse veineuse, trop de pression (sédentarité, constipation, soulever des masses trop lourdes…). Il est intéressant de chercher la cause pour réduire les chances de récurrences. Plusieurs propriétés de plantes peuvent agir sur les hémorroïdes ou leurs causes:

Astringentes: resserrent les tissus et fortifient les membranes veineuses (application externe de quelques minutes);
Émollientes adoucissantes: réduisent l’inconfort et la douleur (également en externe, par exemple en utilisant un onguent);
Laxatives: résolvent la constipation (qui peut en être la cause);
Hépatiques: préviennent de futures constipations.
Attention: consultez votre médecin pour vous assurer que vos hémorroïdes ne dégénèrent pas en thrombose.

hémorroïdes

Problématique: (prévention) Cirrhose du foie

Les plantes hépatoprotectices sont fort utiles lorsqu’il y a dégénérescence des tissus hépatiques. Voici d’autres propriétés alliées:

Antioxydantes: préviennent la formation des radicaux libres qui altèrent les tissus par oxydation;
Antalgiques, calmantes antispasmodiques: réduisent l’inconfort.
Dépuratives du foie: nettoient le foie qui agit comme filtre du sang.
Note: une cirrhose du foie est un problème sérieux qui ne se traite pas uniquement par automédication; parlez de votre plan d’action avec votre médecin. Les plantes dépuratives du foie, hépatiques et antioxydantes sont également utiles en prévention.

Problématique: Réduire les effets secondaires de la chimiothérapie

Le cancer doit être traité par des médecins oncologues (L’automédication est contre-indiquée, toute solution “naturelle qui dépasse l’alimentation saine” doit être discutée avec votre médecin). Je propose ici quelques propriétés en lien avec les effets secondaires de la chimiothérapie mais ce ne sont pas là des conseils médicaux.

Antiémétiques : réduisent les nausées et les vomissements;
Hépatoprotectrices: la chimiothérapie implique l’usage de composés hautement actifs dans le sang qui sont filtrés par le foie;
Anti-cancer: réduisent la propagation des cellules cancéreuses. L’efficacité in vivo sur les humains n’est pas toujours prouvée, il faut voir les études.

Note : les plantes peuvent interagir avec la médication ou influencer la lecture des résultats. Il est impératif de ne pas pratiquer l’automédication lorsque l’on est traité en chimiothérapie.

Transformation et consommation de plantes hépatiques

La tisane

Plusieurs composés actifs hépatoprotecteurs ne sont pas solubles dans l’eau. Le romarin (frais), l’aigremoine, l’achillée millefeuille, la bardane, la chicorée, le pissenlit et le schisandra sont de bonnes sources de tisanes hépatiques. Selon vos besoins, envisagez tout de même de prendre des graines de chardon-Marie et des feuilles d’artichaut pulvérisées (en poudre) en addition à la tisane pour un effet plus résolutif.

Plante (nom latin )Composé(s) actif(s) connu(s)Utilisation(s) hépatique(s)
Chardon-Marie (Silybum marianum)Silymarine

Flavonoïdes
Utilisez des extraits tel le @Legalon.
Mangez les graines séchées et réduites en poudre.

Faites une
infusion.
Utilisez un
concentré liquide d’alcool ou de vinaigre.
Artichaut (Cynara scolymus)Polyphénol, acide-phénol, lactones sesquiterpéniquesConsommez la feuille séchée réduite en poudre. (Celle-ci pourrait être mise dans une gélules car son goût est fortement amer).
Achillée millefeuille (Achillea millefolium)Huile essentielleFaites-vous une tisane chaude, en prenant soin de récupérer les huiles essentielles.
Consommez le
concentré liquide d’alcool (qui utilise un alcool à plus de 70%).
👉 Attention: l’huile essentielle concentrée est légèrement neurotoxique.
Romarin (Rosmarinus officinalis)Huile essentielle, diterpèneFaites-vous une tisane chaude, en prenant soin de récupérer les huiles essentielles.
Consommez le concentré liquide d’alcool (qui utilise un alcool à plus de 70%).
👉Attention: l’huile essentielle concentrée est neurotoxique.
Aigremoine (Agrimonia eupatoria)Tanin, terpène, flavonoïdesFaites une infusion ou consommez le concentré liquide d’alcool.
Bardane (Arctium lappa)Huile essentielle
acide phénoliques,
triterpènes
Laissez mijoter pendant 1 heure.
Consommez le concentré liquide d’alcool.
Chicorée sauvage (Cichorium intybus)Inuline, lactones sesquiterpéniquesFaites mijoter 5 minutes puis infusez 15 minutes.
Curcuma (Curcuma longa)Curcumine, huile essentielle, principes amersUtilisez le rhizome en poudre avec du poivre. Vous pouvez choisir la forme dans un verre d’eau chaude, dans une soupe, prendre des gellules, etc.
Schisandra (Schisandra chinensis)Lignanes, triterpènes, huiles essentiellesFaites une décoction, puis mangez le fruit réhydraté.
Pissenlit (Taraxatum officinal)Inuline, lactones sesquiterpéniquesMangez les jeunes feuilles en salade.
Faites une décoction de racines et de feuilles.
réglisse (Glycyrrhiza glabra)GlycyrrhizineFaites une macération longue (6 heures) en eau froide.

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automédication.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice: “Précautions et interactions avec les médicaments” dans les fiches plante associées.

Les posologies sont données à titre indicatif et sauf précision contraire elles sont adaptées à l’adulte.

Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions être tenus pour responsables de ses conséquences ou d’une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du médecin.

Références
  1. Morel, J. (2017). Traité pratique de Phytothérapie. Escalquens : Grancher. PP340-345
  2. Laberge, D., Imbeault, N. (2010). Soin du système digestif (volume 1). Lantier : L’Herbothèque
  3. Balch, P. A. (2012). Prescription for Herbal Healing. New York : Avery
  4. Valnet, J. (2019). La phytothérapie, se soigner par les plantes. Paris : Vigot
  5. Morel, J. (2017). Traité pratique de Phytothérapie. Escalquens : Grancher
  6. Debuigne, G., Couplan, F. (2019). Le PETIT LAROUSSE DES PLANTES MÉDICINALES. : Larousse
  7. Minker, C (2015). 200 plantes qui guérissent. 2e. Espagne : Larousse
  8. Chevallier, A. (2018). Encyclopédie des Plantes médicinales. Montréal : Sélection du Reader’s Digest
  9. Fontaine, J. (2017). Interactions, Plantes médicinales et médicaments. Lantier : L’Herbothèque
  10. Corjon, G. (2015). Se soigner par les plantes. : Jean-Paul Gisserot
  11. Laberge, D., LABERGE, H. (2011). L’héritage de l’Armoire aux herbes. . Lantier : L’Herbothèque
  12. Jacquemard, K. (2019). Le guide de la phytothérapie au quotidien. Paris : Rustica
Partager l'article :