Expectorant stimulant, expectorant relaxant, amphotérique et mucolytique.

DĂ©finitions

Expectorant stimulant: plante qui nous stimule Ă  expulser le mucus.
Expectorant relaxant: libÚre les sécrétions de mucus tout en apaisant les spasmes bronchiaux.
Mucolytique: « fluidifiant bronchique, expectorant, fluidifie le mucus » #ref:20#.
Expectorant amphotérique: expectorant qui est à la fois stimulant et relaxant.

Il est évident que les termes se chevauchent, ce qui donne un peu de confusion dans la littérature. Enfin, toutes ces propriétés servent à libérer nos poumons et voies respiratoires du mucus, avec quelques subtilités qui ont leurs applications selon les problématiques traitées.

Saviez-vous

Saviez-Vous?

Le terme « expectorant amphotĂ©rique » est assez rarement employĂ©. C’est un emprunt de la chimie oĂč il dĂ©signe un composant qui agit Ă  la fois comme une base et un acide. Il vient du grec ancien « amphotĂ©ros » qui signifie « chacun des deux ». Des exemples d’expectorants amphotĂ©riques sont la molĂšneVerbascum thapus et le sureau noirSambucus nigra.

On verra dans la prochaine section qu’il y a des archĂ©types qui expriment clairement la diffĂ©rence, et d’autres plantes qui sont soit dans la nuance ou encore possĂšdent fortement les aspects des diffĂ©rents types d’expectorant. C’est la beautĂ© de la nature… elle offre une si grande variĂ©tĂ© qu’on la met difficilement dans une boĂźte. Comme ces boĂźtes sont trĂšs utiles au cerveau humain pour gĂ©rer l’information, voici un aperçu des classifications qu’ont faites quelques-uns des spĂ©cialistes qui m’influencent.

Les plantes expectorantes et mucolytiques

PlanteExpectorant
(non spécifique)
Expectorant
stimulant
Expectorant
relaxant
Mucolytique
Ail
Allium sativum L.
⭐#ref:44##ref:44##ref:80#
Aunée
Inula helenium L.
⭐⭐⭐
#ref:9##ref:14#
#ref:20#
#ref:44##ref:80##ref:80#
Capucine
Tropaeolum spp.
⭐⭐
#ref:9##ref:20#
#ref:80##ref:14#
Guimauve
Althaea officinalis L.
⭐⭐
#ref:73#
#ref:44##ref:80#
Hysope
Hyssopus officinalis L.
⭐⭐
#ref:14##ref:20##ref:27#
#ref:80##ref:44##ref:14#
Lierre terrestre
Glechom hederacea L.
⭐⭐
#ref:9##ref:20#
#ref:83#
#ref:80#
Lobélie
Lobelia inflata L.
⭐⭐⭐
#ref:9##ref:14#
#ref:44##ref:80#
Marrube
Marrubium vulgare L.
⭐⭐⭐
#ref:9##ref:14#
#ref:20#
#ref:44##ref:80##ref:44##ref:80#
MolĂšne
Verbascum thapus L.
⭐⭐⭐
#ref:20#
#ref:44##ref:44##ref:80##ref:80##ref:14#
Pulmonaire
Pulmonaria officinalis L.
⭐⭐
#ref:92#
#ref:44##ref:80#
Raifort
Armoracia rusticana
G.Gaertn. et al.
⭐⭐
#ref:9#
#ref:80##ref:80#
RĂ©glisse
Glycyrrhiza glabra L.
⭐⭐
#ref:9##ref:14##ref:20#
#ref:44#
Romarin
Rosemarinus officinalis L.
⭐
#ref:27#
#ref:80#
Sanguinaire
Sanguinaria canadensis L.
⭐
#ref:8#
#ref:44#
Sapin baumier
Abies balsamea (L.) Mill.
⭐⭐
#ref:9#
#ref:80#
Thym
Thymus vulgaris L.
⭐⭐
#ref:14##ref:20#
#ref:80##ref:44##ref:80#
Tussilage
Tussilago fafara L.
⭐⭐
#ref:8##ref:9##ref:14#
#ref:44##ref:80#
Violette odorante
Viola odorata L.
⭐⭐
#ref:9##ref:25##ref:81#
#ref:44#
Plantes expectorantes

Pour votre bien …

Allez lire la fiche plante

J’essaie dans la mesure du possible d’offrir un hyperlien pour chaque plante proposĂ©e. Ce lien ouvre une fiche plante qui donne non seulement les informations reliĂ©es Ă  la culture mais, si vous regardez plus bas, Ă©galement l’information pour un usage sĂ©curitaire de la plante (les mĂ©thodes d’utilisation, les doses sĂ©curitaires, les prĂ©cautions, les interactions, les propriĂ©tĂ©s). Naturellement, si vous avez une condition mĂ©dicale compliquĂ©e cette fiche ne sera pas suffisante et vous devrez consulter un herboriste professionnel ou un pharmacien. Mais mĂȘme si vous ĂȘtes en bonne santĂ©, pour votre sĂ©curitĂ© prenez le temps de faire connaissance avec les plantes avant de les consommer. Elles sont naturelles mais aussi puissantes.

Certains expectorants stimulants peuvent par irritation augmenter la toux!

Les principes actifs reliés à la propriété expectorante

Expectorant stimulant

Les expectorants stimulants vont fluidifier le mucus et irriter les bronchioles, pour stimuler la toux afin d’expulser le mucus. Ils sont utilisĂ©s dans les cas de toux grasse.

Bien lire les fiches plantes: les plantes Ă  base d’alcaloĂŻdes et de saponines ont souvent des effets secondaires importants lorsqu’utilisĂ©es en grande quantitĂ©; elles sont gĂ©nĂ©ralement Ă  Ă©viter lorsqu’on est enceinte.

Les alcaloĂŻdes – l’artillerie lourde de la toux grasse

L’archĂ©type de cette catĂ©gorie serait lipeca (qu’on utilisait autrefois en sirop d’ipeca, hautement expectorant mais tellement vomitif qu’on l’utilisait aussi en cas d’empoisonnement). Aujourd’hui on n’utilise plus vraiment cette plante trop intense. On retrouve des alcaloĂŻdes dans plusieurs Ă©pices (anis, carvi, Cayenne). Souvent, seule l’idĂ©e de manger Ă©picĂ© nous stimule Ă  produire plus de salive. En fait ces Ă©pices ne stimulent pas seulement les sucs gastriques mais aussi la production de mucus en plus grande quantitĂ© mais aussi plus fluide.

Ce sont des expectorants stimulants car ils encouragent la toux en irritant les bronches. On les utilise surtout contre les toux grasses (dites productives). En cas de toux sĂšche ils peuvent exacerber la toux non productive.

Les alcaloĂŻdes sont souvent peu ou pas solubles dans l’eau. Ceux qui ont essayĂ© de calmer la chaleur des piments de Cayenne avec un verre d’eau vous le confirmeront! Pour utiliser ces plantes en tant qu’expectorants stimulants, prĂ©fĂ©rez les concentrĂ©s alcoolisĂ©s. Cette catĂ©gorie d’expectorants doit ĂȘtre utilisĂ©e avec parcimonie, plusieurs d’entre eux pouvant devenir Ă©mĂ©tiques (i.e. induire le vomissement) lorsqu’utilisĂ©s en grande quantitĂ©.

Les saponines et glucosinolates: la moutarde qui vous monte au nez

Les glucosinolates – anciennement appelĂ©s hĂ©tĂ©rosides soufrĂ©s – se retrouvent principalement dans la famille des brassicacĂ©es (moutarde, raifort, radis, etc.). Quant aux saponines, on pense Ă  la capucine, la rĂ©glisse, la primevĂšre, l’aunĂ©e. En comparaison aux alcaloĂŻdes, les saponines sont plus douces. On croit que c’est en stimulant le nerf vague qu’elles stimulent le mouvement actif d’expectoration. Elles sont Ă©galement mucolytiques (favorisent la liquĂ©faction du mucus) et anticatarrhales (dĂ©congestionnent les sinus). Les saponines seront disponibles autant en utilisant l’eau que l’alcool comme solvant.

Les oxydes, lactones et sesquiterpénones: les huiles essentielles expectorantes stimulantes

Les plantes arĂŽmatiques possĂšdent des cocktails de plusieurs types d’huiles essentielles. Ces huiles se classent en familles. Parmi les familles d’huiles essentielles, les oxydes sont considĂ©rĂ©s comme des expectorants stimulants. Les oxydes les plus connus sont 1,8 cinĂ©ol et linalol-oxyde. On les retrouve dans la cardamone, l’eucalyptus, le laurier, la lavande, le romarin, la sauge et l’hysope. Les oxydes sont de puissants expectorants, Ă©galement mucolytiques, anticatarrhaux et antiviraux. En herboristerie on peut profiter des ces huiles essentielles Ă  travers des infusions, des concentrĂ©s liquides, des bains de vapeur et des liniments. Parce qu’en herboristerie la quantitĂ© d’huiles essentielles est relativement petite, on a plus de facilitĂ© Ă  gĂ©rer la puissance des oxydes, mais en concentrĂ©s ceux-ci peuvent ĂȘtre Ă  ce point stimulants qu’ils peuvent gĂ©nĂ©rer des crises d’asthme et certains usages sont toxiques – rĂ©fĂ©rez-vous Ă  des articles spĂ©cialisĂ©s sur les huiles essentielles.

Expectorant relaxant

Les relaxants libĂšrent le mucus tout en adoucissant les muqueuses et en calmant les spasmes. On utilise les relaxants face Ă  la toux sĂšche et improductive, mais Ă©galement lorsque la toux excessive Ă©puise. Ils sont Ă©galement utiles en cas de rhume et de grippe si la toux vous empĂȘche de dormir et de reprendre vos forces.

Les plantes Ă©mollientes: le mucilage des plantes Ă©mollientes adoucit les muqueuses et agit comme mucolytique. La guimauve est un bel exemple de cette catĂ©gorie, elle agit efficacement et tout en douceur. Bien que ce soit un type d’expectorant trĂšs sĂ©curitaire, on Ă©vite ces plantes quand on fait face Ă  une situation oĂč il y a excĂšs de mucus.

Certains alcaloĂŻdes: les alcaloĂŻdes sont une famille de principes actifs extrĂȘmement puissants. Tous les alcaloĂŻdes n’ont pas les mĂȘmes propriĂ©tĂ©s. On les utilise toujours avec prĂ©caution. Certains alcaloĂŻdes sont des expectorants relaxants. La plus cĂ©lĂšbre des plantes Ă  alcaloĂŻdes gĂ©nĂ©ralement considĂ©rĂ©e relaxante est la lobĂ©lie enflĂ©e. Elle est fortement antispasmodique, anti-inflammatoire, bĂ©chique (antitussive) et bronchodilatatrice. Mais attention, elle est aussi fortement Ă©mĂ©tique (vomitive). C’est certainement la plus intense des plantes de cette catĂ©gorie, mais elle est d’une efficacitĂ© redoutable.

Les huiles essentielles mucolytiques et antispasmodiques viennent des familles des monoterpĂšnes, monoterpĂ©nones et sesquiterpĂ©nones. Les monoterpĂšnes, qui se retrouvent dans plusieurs de nos conifĂšres (Ă©pinette, pin blanc, pruche et sapin baumier) sont mucolytiques et toniques pectoraux. À faible dose (lorsqu’utilisĂ©s dans le totum de la plante), ils sont calmants et sĂ©datifs, mais en concentrĂ©s ils sont tous plus ou moins neurotoxiques. Je laisse ces utilisations aux aromathĂ©rapeutes. Les monoterpĂ©nones (lavande, romarin , camomille romaine, sauge thuya) sont anticatarrhales et assĂšchent le mucus et le pus. Mais attention: plusieurs sont toxiques en interne, on pense entre autres Ă  la thuyone. Enfin les sesquiterpĂ©nones (aunĂ©e, marrube, peuplier, sauge, carotte sauvage, cyprĂšs toujours vert) sont Ă©galement dĂ©congestionnantes et mucolytiques mais toujours en trĂšs petite quantitĂ© dans les plantes.

Problématique: toux

toux et bronchite

Il y a la toux sĂšche, dite non productive (souvent d’origine virale), la toux grasse et la toux chronique. La toux, c’est le corps qui veut expectorer, on l’accompagnera donc avec des plantes expectorantes. Alors que les relaxantes seront privilĂ©giĂ©es pour la toux sĂšche, les stimulantes seront plus utiles pour la toux grasse. Cependant, selon la cause du problĂšme, elles peuvent ĂȘtre alliĂ©es aux plantes avec les propriĂ©tĂ©s suivantes:
Pectorales: tonifient la région des poumons;
Mucolytiques: liquéfient et dissolvent le mucus;
BĂ©chiques, antitussives: se combinent avec les relaxantes pour faciliter le sommeil;
Adoucissantes / Ă©mollientes: rĂ©duisent l’irritation qui peut provoquer ou rĂ©sulter de la toux;
Immunostimulantes: stimulent les cellules immunocompĂ©tentes (Ă  Ă©viter lorsque la toux est d’origine allergique);
Antimicrobiennes ou, si on connait la source, antibactériennes et antivirales;
Antispasmodiques, anti-inflammatoires: calment la région pectorale;
Bronchodilatatrices: dégagent les bronches si elles sont affectées;
Diaphorétiques: accompagnent la fiÚvre légÚre;
Anticatarrhales: rĂ©duisent l’Ă©coulement de mucus, notamment dans les sinus lorsque qu’un rhume, initialement dans le systĂšme respiratoire supĂ©rieur, descend dans les poumons.
La toux peut parfois avoir des causes (cancer, emphysĂšme) ou des complications (pneumotorax, syncope, Ă©pilepsie, rupture d’anĂ©vrisme, etc.) graves: n’hĂ©sitez pas Ă  consulter en cas de toux chronique ou de toux trĂšs sĂ©vĂšre.
Crédit photo: cottonbro

Problématique: asthme

asthme

La lobĂ©lie est la spĂ©cialiste de l’asthme, elle est fortement antispasmodique, expectorante, calmante et bronchodilatatrice mais c’est une plante dĂ©licate Ă  utiliser car fortement vomitive. Les plantes possĂ©dant les propriĂ©tĂ©s suivantes peuvent aussi ĂȘtre utiles:
Calmantes: apaisent le systĂšme nerveux;
Expectorantes et mucolytiques: aident Ă  Ă©vacuer le surplus de mucus;
Bronchodilatatrices:détendent les bronches et les bronchioles;
Antiallergiques: attaquent l’une des causes frĂ©quentes d’asthme;
Pectorales: tonifient la région des poumons sur le long terme;
Antispasmodiques, anti-inflammatoires et adoucissantes: calment la région pectorale.
Attention: les crises d’asthme sĂ©vĂšres peuvent ĂȘtre mortelles. Les plantes mĂ©dicinales ne sont indiquĂ©es que pour les crises lĂ©gĂšres ou modĂ©rĂ©es.
Crédit photo: cindy09899

Problématique: rhume

le rhume

Pour combattre le rhume on peut utiliser des plantes immunostimulantes, antiseptiques et antimicrobiennes.
Selon les symptÎmes, les propriétés suivantes vont aider à apporter un peu plus de confort:
Anticatarrhales:rĂ©duisent l’encombrement nasal et le mucus au niveau des poumons;
Expectorantes et mucolytiques: aident Ă  Ă©vacuer le surplus de mucus;
Astringentes, antiseptiques et adoucissantes: resserrent, nettoient et adoucissent les muqueuses si la gorge est douloureuse;
Pectorales: tonifient la région des poumons.

Crédit photo: Alexandr Litovchenko

Problématique: grippe

Grippe d'homme

Pour combattre la grippe on peut utiliser des plantes immunostimulantes, antiseptiques et antimicrobiennes.
Selon les symptÎmes, les propriétés suivantes vont aider à apporter un peu plus de confort:
DiaphorĂ©tiques: accompagnent la fiĂšvre si elle n’est pas excessive;
Expectorantes (relaxantes) et mucolytiques: aident Ă  Ă©vacuer le surplus de mucus;
Pectorales: tonifient la région des poumons;
AmĂšres et toniques lymphatiques: Ă©vacuent les toxines au niveau des intestins et de la lymphe;
Anticatarrhales:rĂ©duisent l’encombrement nasal et le mucus au niveau des poumons;
Nervines et antalgiques: favorisent le repos et atténuent les douleurs.

La grippe peut avoir des consĂ©quences graves: une forte fiĂšvre de plus de 38,5°C durant 72 heures, une difficultĂ© Ă  respirer, un essoufflement au repos ou une douleur Ă  la poitrine sont des symptĂŽmes qui requiĂšrent la consultation d’un mĂ©decin.

Crédit photo: Cottonbro

Les formes galĂ©niques les plus intĂ©ressantes pour l’expectoration

Le concentrĂ© liquide dans l’alcool (teinture)

Le concentrĂ© dans l’alcool est la formule la plus performante pour les principes actifs en question. Il peut par contre parfois irriter.

Les sirops sont particuliÚrement adaptés

Les sirops expectorants peuvent ĂȘtre trĂšs performants; si vous utilisez des expectorants avec alcaloĂŻdes vous pouvez toujours, en addition de la longue rĂ©duction aqueuse, ajouter du concentrĂ© alcoolique au sirop. Vous utiliserez tous les principes actifs de la plante et augmenterez la conservation du sirop. Si vous utilisez en plus le miel comme agent de conservation principal, celui-ci adoucira l’alcool.

Les bains de vapeur sont efficaces pour les plantes Ă  huiles essentielles

Une belle façon d’utiliser les plantes qui contiennent beaucoup d’huiles essentielles est de faire un bain vapeur. C’est trĂšs simple: mettez une bonne poignĂ©e de plante dans un bol d’eau trĂšs chaude, mettez un linge par-dessus le bol (et votre tĂȘte) et aspirez les vapeurs. VĂ©rifiez la tempĂ©rature pour ne pas vous brĂ»ler. Bien sĂ»r, on peut utiliser la mĂȘme stratĂ©gie directement avec les huiles essentielles, mais celles-ci sont plus concentrĂ©es… donc potentiellement trop puissantes pour cette application (rĂ©fĂ©rez-vous Ă  des ouvrages spĂ©cialisĂ©s en huiles essentielles). Vous pouvez pour cette application utiliser des plantes fraĂźches ou sĂ©chĂ©es (en autant qu’elles aient conservĂ© leurs huiles essentielles).

La tisane particuliĂšrement pour les expectorants relaxants

La tisane avec sa simplicitĂ©, ses aspects rĂ©confortants et les vapeurs qu’elle Ă©mane n’est peut-ĂȘtre pas l’utilisation la plus drastique, mais la douceur a son charme. Il est vrai qu’elle n’est pas toujours efficace avec les alcaloĂŻdes, mais comme certains sont de toute façon Ă©mĂ©tiques ou mĂȘme lĂ©gĂšrement toxiques, c’est dans certains cas un avantage.

En externe ne pas oublier les mouches, cataplasmes, liniments et onguents

Les plantes de la famille des brassicacĂ©es (moutarde, raifort), diluĂ©es dans l’huile, sont excellentes Ă  cet effet. Pourquoi ne pas utiliser ces macĂ©rations huileuses pour prĂ©parer votre baume expectorant maison?

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automĂ©dication.

Sauf indication spécifique, les usages décrits sont pour les plantes et ne sont pas applicables aux huiles essentielles.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice « PrĂ©cautions et interactions avec les mĂ©dicaments » dans les fiches plantes associĂ©es.

Les posologies sont donnĂ©es Ă  titre indicatif et sauf prĂ©cision contraire elles sont adaptĂ©es Ă  l’adulte.

MalgrĂ© tout le soin apportĂ© Ă  la rĂ©daction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions ĂȘtre tenus responsables de ses consĂ©quences ou d’une interprĂ©tation erronĂ©e, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du mĂ©decin. Pour plus d’informations sur l’utilisation sĂ©curitaire des plantes, lire: Utilisation sĂ©curitaire des vĂ©gĂ©taux comme alliĂ©s de votre santĂ©.

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libre de le partager ! :-)

1 rĂ©flexion sur “Expectorant stimulant, expectorant relaxant, amphotĂ©rique et mucolytique.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page