Transformation – Concentré liquide

Transformation – Concentré liquide

7 octobre 2019 0 Par Audray Pepin

Le concentré liquide est l’une des méthodes de transformation les plus utilisées pour concentrer et conserver les principes actifs des plantes médicinales. Ce processus est tout à fait réalisable à la maison.  Avec cette fiche transformation, vous aurez toute l’information et les astuces nécessaires pour réaliser des produits de haute qualité en peu d’efforts, et avec des outils simples.

Pourquoi les concentrés liquides sont si populaires?

C’est si pratique. Les concentrés liquides se conservent longtemps. Il sont prêts à l’emploi et peuvent être utilisés dans la fabrication de produits et de recettes thérapeutiques. On trouve d’ailleurs facilement les concentrés liquides à base d’alcool sur le marché, en vente libre.

Un concentré liquide, c’est en fait une macération à froid de plante avec un solvant, généralement alcool, vinaigre ou glycérine.

Concentré liquide, teinture et teinture mère: est-ce la même chose?

Ce sont tous des concentrés liquides. La teinture est le concentré où le solvant est l’alcool, pour la teinture mère, l’alcool utilisé doit être d’au moins 95%. Les teintures mères sont généralement utilisées en homéopathie, et n’utilisent pas toujours les mêmes parties de la plante recherchée. Personellement, je réserve l’alcool fort (plus de 60%) pour les cas spécifiques de composants difficiles à extraire telles les résines et les cires.

Principes pour la création de concentré liquide

Le solvant extrait, concentre et conserve les principes actifs d’une plante.

Pour maximiser l’efficacité de votre solvant :

  1. Coupez finement ou broyez la plante médicinale;
  2. Prolongez le temps de macération, selon le solvant et la plante choisie, de quelques jours à quelques mois;
  3. Brassez régulièrement le pot de macération.

Comment fait-on un concentré liquide ?

  1. Vérifiez la qualité et la propreté de la plante à utiliser;
  2. Coupez finement (ou broyez) la partie utilisée, voir outils coupants pour une application optimale;
  3. Mélangez la plante et le solvant dans un pot à macération;
  4. Identifiez le concentré: nom de la plante, nom du solvant, date de début de macération, date de filtrage;
  5. Laissez macérer;
  6. Filtrez le concentré une première fois dans un tamis fin ou un coton à fromage;
  7. Laissez décanter une semaine, puis filtrez à nouveau dans un filtre à café non blanchi;
  8. Vérifiez qu’il n’y a plus de particules solides dans le mélange (si oui, refaites les étapes 6 et 7);
  9. Stérilisez des bouteilles et embouteillez;
  10. Identifiez chaque bouteille (nom de la plante, nom du solvant, date de mise en bouteille, date de péremption, ratio plante/solvant utilisé).

Proportions

Les proportions sont importantes, elle influencent la concentration d’éléments actifs du concentré et donc la posologie. Garder des proportions constantes, c’est éliminer un facteur de variation: on a donc des produits de qualité plus répétables.

En d’autres mots, on peut faire un concentré avec plus de solvant mais il faut ajuster les dosages. Lorsqu’on s’habitue à un dosage pour un problème donné il vaut mieux garder celui-ci et répéter la transformation dans les mêmes proportions.

Vérifiez la fiche plante pour les recommandations de ratio.

Température de macération d’un concentré liquide

Sauf indication contraire spécifique à une plante, les concentrés liquides d’alcool et de vinaigre se  macèrent à température pièce.

Temps de macération d’un concentré liquide

La période de macération spécifique à chaque plante se retrouve dans les fiches plantes. Généralement, les concentrés liquides à base de vinaigre et d’alcool sont macérés environ 1 mois.  Les racines et les graines sont macérées un peu plus longtemps, et c’est un peu moins pour les feuilles et les fleurs.

Ici aussi, l’intérêt de respecter le temps de macération est surtout d’avoir un produit le plus répétable possible. Il ne faut pas devenir fou, une variation du temps de macération de moins que 5% aura un effet négligeable, il ne sera pas nécessaire d’adapter la posologie.

Temps de conservation et stockage d’un concentré liquide

Les temps de conservation vont varier selon différent paramètres.

On peut augmenter largement les périodes ci-dessous en protégeant nos concentrés contre : la lumière, les variations de température, l’oxygène (si vous avez une grande quantité, transvidez-en une petite quantité dans un petit flacon hermétique pour un usage fréquent).

  • Concentré dans le vinaigre: meilleur avant 3 à 5 ans;
  • Concentré dans l’alcool: meilleur avant 7 à 10 ans.
Ça pourrait être encore plus: une herboriste d’expérience me disait qu’un concentré dans l’alcool 40% dure 40 ans… mais il y a là aussi peut-être un peu d’exagération. Passé les périodes indiquées ci-dessus, inspectez avec attention vos produits. Les indices qu’ils ont vieilli : précipitation d’éléments solides, présence de gaz de fermentation, changement dans l’odeur.

Les bons composants

Dois-je utiliser des plantes fraîches ou séchées pour faire un concentré liquide?

Il n’y a pas de réponses universelle à cette question.

  • D’une part, la plante fraîche est celle qui a le plus de composants actifs. On perd nécessairement des composants lors du séchage mais la différence n’est pas nécessairement énorme;
  • Généralement, les solvants sont plus efficaces sur une plante séchée (le procédé de séchage les rend plus perméables au solvant). De la même façon, vous devrez augmenter le temps d’infusion si vous utilisez des plantes fraîches par rapport aux plantes sèches;
  • Pour les vinaigres ayant un taux d’acidité relativement bas (rarement plus de 9%), ajouter une plante fraîche qui contient beaucoup d’eau peut les rendre instables. Mais on peut contrer cette possibilité en mettant plus de vinaigre et en augmenter le nombre de gouttes à prendre par jour.
Au Québec, plusieurs préconisent les plantes fraîches, alors que les Britanniques font traditionnellement leurs concentrés à base de plantes séchées. Les deux donnent d’excellents résultats.
Note: il est nécessaire d’avoir une plus grande proportion de plantes utilisées pour faire le concentré si celui-ci est fait de plantes fraîches. Dans la plante séchée, l’eau qui est le constituant principal est retiré de la plante, donc pour une même quantité de principes actifs on aura besoin de significativement moins de plantes séchées (tant au niveau du volume que du poids).

Pour le solvant, est-ce que l’alcool est mieux que le vinaigre?

L’alcool est le solvant le plus utilisé, mais le vinaigre possède également ses adeptes; voici quelques arguments pour chacun d’eux afin de vous permettre de choisir par vous-même.

Le vinaigre avec taux d’acidité d’au moins 8%

Au Canada, les concentrés dans le vinaigre ne sont pas encore autorisés en vente libre (d’homologation des produits naturels (NPN) auprès de Santé Canada). Par contre, vous pouvez vous les procurer légalement en consultant un herboriste. On n’a pas encore fait la démonstration que ces produits sont suffisamment stables et efficaces pour être en vente libre. Les avis sont partagés sur le sujet et il manque d’études pour départager les opinions. Voici les arguments en faveur du vinaigre:

  • Le vinaigre est un meilleur solvant que l’alcool pour : les enzymes, les principes amers, les minéraux et les vitamines B et C;
  • Pour plusieurs composants, le vinaigre a un pouvoir d’extraction qui est comparable à l’alcool;
  • C’est une bonne alternative pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre d’alcool;
  • Le vinaigre est bon pour l’organisme, il contribue à équilibrer le pH et à minéraliser le corps;
  • Il s’intègre facilement à notre alimentation, par exemple en l’ajoutant à notre vinaigrette maison.

L’alcool 40% et plus

L’alcool 40% est supérieur à un vinaigre 8% pour les huiles essentielles, les cires, les résines, le camphre, la chlorophylle. Pour les plantes fraîches, on augmente la quantité de principes actifs en élevant le pourcentage d’alcool à 60%. Les concentrés d’alcool sont plus stables (moins de chances de précipitation) et se conservent plus longtemps.

Si vous ne pouvez ou ne voulez pas consommer d’alcool

Vous avez les options suivantes:

  • Prenez des concentrés à base de vinaigre;
  • Faites évaporer l’alcool contenu dans les gouttes du concentré en l’immergeant dans une tasse d’eau très chaude. Notez qu’il restera des traces d’alcool;
  • Explorez les autres formes galiniques disponibles pour une plante : fraîche, en capsule, en tisane, en macération. La méthode de transformation influence la proportion d’éléments actifs et leur assimilation, mais il y a beaucoup d’options; il vaut mieux chercher celle qui vous convient vraiment.

Un exemple pour illustrer quels composants choisir

Exemple : est-ce que je choisis du Cayenne frais ou séché pour faire mon concentré liquide?

  • Le composé le plus recherché du Cayenne est la capsaïcine. Celle-ci se dilue bien avec les deux solvants. Cela dit, le Cayenne a aussi pas mal de vitamines et minéraux;
  • Le piment de Cayenne frais contient environ 60% d’eau;
  • Dans un concentré avec 1 part de fruits frais en purée pour 3 parts de vinaigre;
  • Disons que 1 part = 100g; on a 60g d’eau pour une part de Cayenne;
  • Pour solvant, j’ai soit du vinaigre de pomme bio à 9% d’acidité ou de la vodka 40%;

Si on ajoute ces 60g d’eau aux 300g de vinaigre (9%), l’eau abaissera la concentration de l’acidité à 7,5%, ce qui est tout à fait acceptable.

Si je veux un concentré liquide pour ajouter à un gargarisme pour des maux de gorge, je choisirais le vinaigre pour les raisons suivantes:

  • Il est plus doux pour les muqueuses;
  • Il est plus riches en vitamines et minéraux.
Sachant que le point de fusion de la capsaïcine est > 200°C,  je favoriserais le Cayenne séché pour  mon concentré de vinaigre.

Par contre, si je désire un liniment extra brûlant en usage externe afin de réduire des douleurs reliées à l’arthrose, je choisirais une base de vodka 40% et une purée de fruits frais. Alternativement, sachant que la capsaïcine est soluble dans les corps gras, une autre possibilité serait une macération dans l’huile d’olive.

En conclusion, les facteurs de décision sont les suivants:

  • Sous quelles formes est-ce que je peux avoir la plante?
  • Quels sont les principes actifs que je veux privilégier? Et quel usage est-ce que je veux faire du produit?
  • Quelle est l’efficacité du solvant choisi pour les molécules recherchées?

Les bons outils

Les contenants

Pour tout les concentrés, on utilise idéalement des contenants de verre qui se ferment de façon hermétique. Les verres teintés sont préférés pour l’entreposage car ils protègent les préparations de la lumière.

Les spécificités des contenants pour concentrés liquides à base de vinaigre:
  • Utilisez des couvercles en plastique (car le métal s’oxyde); alternativement, placez une pellicule de plastique entre le contenu et le couvercle;
  • Évitez les pipettes,  car le vinaigre ramollit le caoutchouc.

Outils coupants

  • Pour un concentré à base d’alcool vous pouvez couper vos plantes au robot avec l’alcool.  Parce que l’alcool n’a pas tendance à mousser, vous vous assurez ainsi une exposition maximum de la plante à son solvant;
  • Pour un concentré à base de vinaigre, coupez les plantes à la main avant de les mettre dans le vinaigre. Les concentrés de vinaigre sont vulnérables à l’oxydation. Évitez de les préparer au robot, ou la préparation aura tendance à mousser (donc à ajouter plus d’air au mélange).

Outils pour filtrer

Pour le premier filtre, utilisez un tamis très fin ou un coton à fromage. Pour ce filtrage, pressez le mélange et retirez un maximum d’eau. Conséquemment, prévoyez un filtre assez solide.

Ensuite, pour la deuxième filtration, on veut un filtre extrêmement fin pour s’assurer que la teinture soit exempte de particules solides. Le filtre à café non blanchi fonctionne très bien. Je l’utilise dans un grand entonnoir pour le maintenir en place.

Partager l'article :