Bain d'oeil et collyre

Collyre et Bain d’œil

On utilise le collyre et le bain d’œil lorsqu’on a des inflammations aux yeux (telles que conjonctivite ou blépharite) ou simplement si ceux-ci sont fatigués ou irrités.

Le collyre est le liquide utilisé pour le bain d’œil. En général, on extrait les principes actifs à l’aide d’une infusion ou décoction qui a refroidi (à la température du corps) à laquelle on a ajouté 0,9% de sel afin d’en faire une solution isotonique.

On peut appliquer le collyre à l’aide d’un goutte-à-goutte, mais pour moi le bain d’œil (à l’aide d’une coupelle) est une option beaucoup plus confortable.

Pourquoi ajouter du sel dans le collyre?

Ajouter du sel dans une solution qui va entrer en contact avec la délicate muqueuse des yeux peut sembler contre-intuitif: le sel peut sembler abrasif pour les yeux. Mais le liquide oculaire, comme toutes les cellules du corps humain, est constitué de 0,9% de sel. Il est important que le collyre ait le même pourcentage de sel afin d’être neutre et non irritante pour le corps. Si on n’ajoute pas de sel, le sel contenu dans le liquide oculaire va tenter d’équilibrer le collyre, ce qui provoquera de l’irritation.

On fabrique une solution isotonique, qui se nomme également liquide physiologique, en ajoutant 9 g de sel par litre d’eau.

Comme les bains d’yeux requièrent peu de liquide, il n’est pas nécessaire de préparer 1 litre. Si on a une balance suffisamment précise, on peut mettre 0,9 g par 100 ml d’infusion.

Conservation d’une solution isotonique ou d’un collyre

Les solutions isotoniques sont à usage unique, elles ne se conservent pas.

La méthodologie d’un bain d’œil

  1. Stérilisez les instruments utilisés. Le plus simple est de mettre dans l’eau bouillante les contenants, la pince et la / les coupelles pour le bain d’œil;
  2. Faites votre infusion ou décoction; si vous utilisez mes fiches plantes, je spécifie habituellement les bons dosages pour usage externe dans l’onglet utilisation. Sinon, vous pouvez faire une concentration de 3 à 5 fois plus élevée que pour les dosages internes;
  3. Filtrez l’infusion ou la décoction (utilisez un filtre fin pour vous assurer que la solution ne contient aucune particule qui irriterait davantage votre œil);
  4. Mesurez 100 ml et ajoutez 0,9 g de sel;
  5. Assurez-vous que le sel est bien dissous et laissez refroidir (assurez-vous de ne pas contaminer votre solution pendant qu’elle refroidit) jusqu’à température ambiante;
  6. Penchez la tête pour placer la coupelle sur tout le pourtour de l’œil, fermez la paupière, basculez la tête vers l’arrière et ouvrez l’œil pendant 15 à 30 secondes puis fermez et ouvrez à nouveau quelques fois. À la fin, fermez l’œil et rebasculez la tête vers l’avant, puis retirez la coupelle de l’œil;
  7. Si vous traitez les deux yeux, utilisez pour chaque œil une coupelle stérilisée différente, ou stérilisez à nouveau la coupelle entre chaque œil.

Les bons outils

  • Une ou deux coupelles pour bain d’œil: il est toujours possible de trouver des bains d’œil faits en verre comme autrefois, mais vous trouverez plus facilement dans toute bonne pharmacie une coupelle en plastique bon marché, que vous pourrez réutiliser. Idéalement, procurez-vous deux coupelles pour ne pas avoir à restériliser quand vous voudrez traiter les deux yeux;
  • Une pince pour manipuler les coupelles stérilisées;
  • Deux contenants en verre de 200 ml (un pour faire l’infusion et un pour transvider l’infusion filtrée);
  • Une tasse à mesurer;
  • Une balance qui permet de mesurer au 0,1 g près (ou mieux, à 0,01 g).

Les ingrédients

  • De l’eau pure (bien filtrée ou mieux, osmosée);
  • Du sel;
  • Les plantes médicinales choisies.

Les bonnes plantes pour les collyres

Centaurée bleuet (Centaurea cyanus)#ref:6##ref:9##ref:41##ref:42##ref:66##ref:81##ref:107##ref:108#

Centaurea cyanus
Centaurée bleuet
(Centaurea cyanus)

Ce n’est pas par hasard que la centaurée bleuet est aussi appelée le casse-lunettes. La centaurée, que les Européens appellent le bleuet, est recommandée pour les usages ophtalmiques dans pratiquement tous les ouvrages d’herboristerie depuis Sainte-Hildedegarde. C’est une plante spécialiste qui réduit l’irritation et l’inflammation tout en apportant une petite action antimicrobienne; on peut pratiquement l’inclure dans toutes les préparations de collyres.

Partie utilisée : fleur

Analgésique
/Antiprurigineuse
Anti-inflammatoire/
Antioedemateuse
Antiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion, hydrolatouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Euphraise (Euphrasia officinalis subsp. rostkoviana)#ref:9##ref:15##ref:44##ref:107#

Euphraise
(Euphrasia officinalis)

Une autre grande spécialiste des yeux (on lui a également souvent donné le nom de casse-lunettes). L’euphraise est plus astringente que la centaurée et très efficace contre l’inflammation. On l’évitera par contre dans les cas de sécheresse de l’œil.

Partie utilisée : fleur

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoire/
Antioedemateuse
Antiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiouioui
Utilisations

Plantain (Plantago lanceolata ou Plantago major)#ref:9##ref:15##ref:66##ref:107##ref:108#

Plantain majeur
Plantain majeur
(Plantago major)

Le plantain est tellement reconnu pour calmer les démangeaisons des piqûres et les ampoules aux pieds qu’on oublie souvent qu’il est une excellente plante entre autres pour la toux, mais aussi pour les yeux. Cette plante est fréquemment utilisée dans les collyres. Elle vient adoucir la muqueuse tout en traitant l’inflammation. On favorisera particulièrement le plantain si l’inflammation a une origine allergique, ou de manière préventive contre les conjonctivites et les blépharites.

Partie utilisée : feuille

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoire/
Antioedemateuse
Antiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiouiinfusionouionguent
Utilisations

Mélilot (Melilotus officinalis)#ref:9##ref:66##ref:107##ref:108#

Mélilot
(Melilotus officinalis)

Le mélilot fait partie des plantes que je connaissais peu avant d’écrire cet article, mais que je suis forcée d’ajouter, car la plupart des bouquins qui parlent des collyres ou des problèmes d’irritation oculaire mentionnent cette plante qui semble incontournable. Elle est souvent utilisée dans les collyres phytothérapeutiques commerciaux. En augmentant le débit veineux et lymphatique, c’est une puissante antioedemateuse qui est douce pour l’œil.

Partie utilisée : sommité fleurie

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoire/
Antioedemateuse
Antiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusionouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Rose (Rosa spp.)#ref:9##ref:107##ref:113#

rose ruguese
Rose
(Rosa spp.)

La rose, avec sa douce astringence qui lui donne ses propriétés anti-inflammatoires, est également fort appréciée pour les bains d’œil.

Partie utilisée : pétale

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoireAntiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion, hydrolatouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Camomille allemande (Matricaria recutita)#ref:9##ref:44##ref:66# et camomille romaine (Chamaemelum nobilea)#ref:20##ref:107##ref:108#

camomille allemande
Camomille allemande (Matricaria recutita)

Les camomilles allemande et romaine sont de grandes anti-inflamatoires. Ces plantes joueront un rôle clé pour calmer l’irritation, et la camomille allemande pourrait même contribuer à lutter contre l’infection. Il est vrai que leurs petits capitules font penser aux yeux, ce qui explique qu’elles soient relativement souvent citées pour les collyres, bien qu’elles ne soient pas, à mon avis, de grandes spécialistes des yeux.

Partie utilisée : fleur (capitule)

PlanteAnalgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoireAntiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
Camomille allemande⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Camomille romaine⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion, hydrolatouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Calendule (Calendula officinalis)#ref:15##ref:20#

calendule
Calendule
(Calendula officinalis)

On pense moins souvent à la calendule; peut-être sommes-nous trop éblouis par son jaune éclatant. Pourtant, avec ses qualités antiseptiques, émollientes, analgésiques et anti-inflammatoires, elle a tout pour soigner nos yeux. Mon avis est que cette fleur est sous-utilisée pour le soin des yeux, surtout si la problématique a une origine microbienne.

Partie utilisée : fleur

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoireAntiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion ouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Hamamélis (Hamamelis virginiana)#ref:20##ref:66#

Hamamélis
(Hamamelis virginiana)

L’hamamélis est souvent ajouté au bain d’œil pour réduire l’œdème et la douleur. On utilise en outre beaucoup l’hydrolat d’hamamélis dans les produits cosmétiques autour des yeux.

Partie utilisée : feuille

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoireAntiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion, hydrolatouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Mauve (Malva spp.)#ref:9##ref:66#

Mauve fleur et vivace comestible
Mauve (Malva spp.)

Finalement, la mauve est toujours la bienvenue avec son émollience, pour venir adoucir les muqueuses. Ce n’est pas une spécialiste, mais elle sera bien utile lorsqu’il y a sécheresse de l’œil.

Partie utilisée : fleur

Analgésique /
Antiprurigineuse
Anti-inflammatoireAntiseptique/
Antibactérienne
AstringenteÉmolliente
⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Propriétés de la plante
CataplasmeCollyreCompresseInterneAutre
ouiinfusion ouicrème, produit cosmétique
Utilisations

Pour votre bien …

Allez lire la fiche plante

J’essaie dans la mesure du possible d’offrir un hyperlien pour chaque plante proposée. Ce lien ouvre une fiche plante qui donne non seulement les informations reliées à la culture, mais, si vous regardez les utilisations, également l’information pour un usage sécuritaire de la plante (les méthodes d’utilisation, les doses sécuritaires, les précautions, les interactions, les propriétés). Naturellement, si vous avez une condition médicale compliquée, cette fiche ne sera pas suffisante et vous devrez consulter un herboriste professionnel ou un pharmacien. Mais même si vous êtes en bonne santé, pour votre sécurité prenez le temps de faire connaissance avec les plantes avant de les consommer. Elles sont naturelles, mais aussi puissantes.

Quelques différentiations

Œdème et inflammation

L’œdème est un gonflement dû à une accumulation de fluide, alors que l’inflammation est une réponse du système immunitaire qui comprend l’œdème, mais aussi la chaleur, la rougeur et la douleur.

Antiseptique et antibactérien

Un antiseptique est utilisé en usage externe et prévient tous les microbes (bactéries, champignons, virus et autres micro-organismes), alors que l’antibactérien ou antibiotique agit seulement contre les bactéries, mais peut être utilisé autant à l’interne qu’à l’externe.

Les problématiques ainsi traitées

Conjonctivite virale

Problématique: Conjonctivite et blépharite

La conjonctivite étant l’inflammation de la conjonctive, et la blépharite celle de la paupière, les plantes anti-inflammatoires seront les premières à rechercher, auxquelles on pourra allier les plantes aux propriétés suivantes:
Antibactériennes, antiseptiques ou antivirales: combattent la cause si celle-ci est liée à un micro-organisme;
Analgésiques, antiprurigineuses: réduisent l’inconfort relié à l’irritation et à l’inflammation des muqueuses;
Astringentes: resserrent les muqueuses et diminuent l’inflammation, mais à éviter si les yeux sont secs;
Émollientes: adouciront la muqueuse si celle-ci est provoquée par des agents irritants (vent froid, fumée, poussière, produit chimique, corps étranger).

En interne : hydraste (Hydrastis canadensis), échinacée (Echinacea spp.)
En externe (bain d’œil, compresse et cataplasme): calendule (Calendula officinalis), camomille allemande (Matricaria recutita), camomille romaine (Chamaemelum nobilea), centaurée bleuet (Centaurea cyanus), hamamélis (Hamamelis virginiana), mauve (Malva spp.), plantain (Plantago lanceolata ou Plantago major) et rose (Rosa spp.).

Crédit photo: Joyhill09 

orgelet

Problématique: Orgelet

Comme l’orgelet est une infection du follicule pilo-sébacé, on priorisera les plantes antibactériennes (surtout s’il est causé par le staphylocoque doré) et antiseptiques:

– Anti-inflammatoires et astringentes: resserrent les muqueuses et diminuent l’inflammation;
Analgésiques, antiprurigineuses: réduisent l’inconfort relié à l’irritation et à l’inflammation des muqueuses;
Immunostimulantes: aident à mieux combattre l’infection.

En interne : hydraste (Hydrastis canadensis), échinacée (Echinacea spp.).
En externe : (compresse, cataplasme, onguent) : hydraste (Hydrastis canadensis), calendule (Calendula officinalis), pomme de terre (Solanum tuberosum).

Crédit photo: Andre Riemann

Les méthodes alternatives

Goutte-à-goutte, compresse et cataplasme de paupière

Le goutte-à-goutte

Le goutte-à-goutte consiste à mettre le collyre (la même solution que celle utilisée pour le bain d’œil) en gouttes directement dans l’œil. Je crois pour ma part que cette technique a tendance à répandre le collyre autour de l’œil plus que sur la cornée et la paupière. De plus, pour les préparations maison, que l’on utilise le collyre en goutte à goutte ou en bain, la préparation ne se conserve pas et est à usage unique.

Compresse et cataplasme

La compresse utilise une infusion ou une décoction de la plante, refroidie à la température ambiante, qui va imbiber un coton ou une flanelle.

Le cataplasme est une pâte faite à partir de la plante (parfois aussi d’argile); il est possible d’y ajouter d’autres infusions ou préparations liquides à base de plantes.

Certains principes actifs des plantes traversent la peau pour avoir un rôle actif très intéressant. On n’a qu’à penser à l’image un peu caricaturale des morceaux de concombre sur les yeux pour comprendre à quel point une compresse peut soulager et rafraîchir les yeux irrités. Pour les compresses comme pour les cataplasmes, on les maintiendra en place sur les yeux fermés de 10 à 15 minutes. On peut refaire le traitement plusieurs fois par jour.

L’hydraste, par sa berbérine, est très efficace en cas d’infection due aux staphylocoques comme les orgelets; l’hydraste étant fortement astringent, il serait irritant dans un collyre, mais très utile en compresse ou pris en interne.

Crédit photo:

  • Centaurée : Bdk
  • Euphraise: Tigerente
  • Plantain: Forest and Kim Starr
  • Camomille allemande: Mauricio Mercadante

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automédication.

Sauf indication spécifique, les usages décrits sont pour les plantes et ne sont pas applicables aux huiles essentielles.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice “Précautions et interactions avec les médicaments” dans les fiches plantes associées.

Les posologies sont données à titre indicatif et sauf précision contraire elles sont adaptées à l’adulte.

Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions être tenus responsables de ses conséquences ou d’une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du médecin. Pour plus d’informations sur l’utilisation sécuritaire des plantes, lire: Utilisation sécuritaire des végétaux comme alliés de votre santé.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page