Antispasmodique, spasmolytique, anticonvulsif

24 août 2020 0 Par Audray Pepin

La plante antispasmodique lutte contre les spasmes et les convulsions

Elle est le plus souvent utilisée pour les muscles lisses du tube digestif, les douleurs utérines et le long des urètres mais aussi les muscles striés comme pour une lombalgie.

Élément(s) actif(s) 1 chez la plante carminative

Il existe un grand nombre de de principes actif qui sont antispasmodiques et ceux-ci se retrouvent dans un nombre encore plus grand de plantes. Selon la base de donnée du Dr Duke 2 il y aurait 1382 plantes qui ont au moins un des 270 principes actifs antispasmodiques 3 répertoriés.

Ces principes actifs se retrouvent principalement dans les huiles essentielles (coumarine, esters, ethers-oxydes, phénols méthyl-ethers sesquiterpénols), les alcaloïdes et les lactones et flavonoïdes. Comme nous bénéficions d’une grande quantité de plantes antispasmodiques, nous exclurons de cet article les plantes antispasmodiques les plus toxiques (entre autres la belladone, la digitale, etc.). Malgré tout, certaines plantes citées sont toxiques si on ne respecte pas la dose ou si elle est prise sous une mauvaise forme. J’en profite pour rappeler que les huiles essentielles (qui sont souvent de puissants antispasmodiques) sont souvent toxiques si prises concentrées en interne. Les utilisations recommandées dans cet article se limitent aux infusions et concentrés liquides.

Dans ce texte je prévilégie le terme antispasmodique, mais spasmolytique et anticonvulsifs sont des synonymes que l’on aurait pu interchanger librement.

Plantes antispasmodiques

Antispasmodiques:
Achillée millefeuille 4 5 6 7Achillea millefolium, Acore odorant 4 5 6Acorus calamus, Aneth 4 5 6 – Anethum graveolens, Angélique 4 5 6 7Angelica archangelica, Anis vert 4 5 6Pimpinella anisum, Badianier de Chine 4 5 7Illicium verum (dont le fruit est mieux connu sous le nom d’anis étoilé), Ballotte fétide 4 6 7Ballota nigra, Basilic 4 5 6 7Ocimum basilicum spp., Camomille allemande 4 7Matricaria recutita, Camomille noble 4 5 7Chamaemelum nobile, Cardamone 4 5Elettaria cardamomum, Carvi 4 5Carum carvi, Cataire 4 5 6Nepeta cataria, Coquelicot 4 7 – Papaver rhoeas, Pavot de CaliforniePapaver californica, Estragon 4 5Arthmisia dracunculus, Fumeterre 4 7Fumaria officinalis, Girofle 4 5 7Syzygium aromticum, Grande camomille 4 5Tanacetum parthnium, Grindelias 4 6Grindelia robusta, Lavande officinale 4 5 6Lavandula angustifolia, Lierre grimpant 4 5Hedera helix, Livèche 4 5Levisticum officinale, Lobélie 4 5 6Lobelia inflata, Mélisse 4 5 6Melissa officinalis, Menthe poivrée 4 7 – Mentha x piperita, Passiflore officinale 4 5 6 7Passiflora incarnata, Pimbina (Viburnum) 4 , 6Viburnum prunifolium, Radis noir 4 7Raphanus sativus, Tilleule 4 5 6Tilia sylvestris

Bien lire la fiche plante associée pour connaître les systèmes de prédilection, les restrictions et interactions possibles.

Plantes antispasmodiques et leurs systèmes de prédilection

Une plante antispasmodique saura être utile pour plusieurs affections. Connaître leurs systèmes de prédilection, c’est utiliser les plantes antispasmodiques les plus efficaces pour une situation donnée.

PlanteDigestifReproducteur
féminin
RespiratoireNerveuxHépatique
(migraine)
Musculaire
Achillée millefeuille ⭐⭐
Acore odorant ⭐⭐⭐
Aneth ⭐⭐
Angélique ⭐⭐⭐⭐
Anis vert ⭐⭐⭐⭐
Badianier de Chine (anis étoilé)⭐⭐
Ballotte fétide⭐⭐⭐
Basilic
Camomille allemande⭐⭐
Camomille noble⭐⭐
Cardamone⭐⭐
Carvi⭐⭐
Cataire
Coquelicot & Pavot de Californie⭐⭐
Estragon⭐⭐⭐
Fumeterre⭐⭐⭐⭐⭐⭐
Girofle⭐⭐
Grande camomille
Grindelias
Lavande officinale⭐⭐
Lierre grimpant
Livèche
Lobélie⭐⭐⭐
Mélisse
Menthe poivrée
Passiflore officinale
Pimbina ⭐⭐
Radis noir
Tilleul

Plantes antispasmodiques: Les bonnes associations

Problématique:
Colique et crampe intestinale

Les plantes antispasmodiques, qui calment la musculature lisse du tube digestif, sont les expertes pour les coliques. Elles peuvent être alliées aux plantes avec les propriétés suivantes:

Amères ou digestives: soutiennent la digestion;
Carminatives: Éliminent les gaz.

Chez le nourrisson on évite la plupart des plantes prises directement en interne, la maman peut utiliser des plantes antispasmodiques et galactologues. Il est possible également de faire un cataplasme (légèrement chaud) avec les plantes infusées que l’on maintient sur le ventre.
Chez l’adulte les coliques peuvent être le symptôme d’une autre problématique: gastro-entérite, constipation chronique, appendicite, calculs rénaux, pancréatite, diverticulite, ulcère, calculs biliaires… Il faut consulter un médecin si les symptômes persistent.

Douleur au ventre

Problématique: Dysménorrhée – règles douloureuses

Lorsque nos règles sont douloureuses on utilise des plantes antispasmodiques, anti-inflammatoires et antalgiques pour relaxer les muscles lisses de l’utérus et réduire la douleur. On peut joindre selon le cas des plantes avec les propriétés suivantes:
Anticoagulantes: réduisent les caillots sanguin;
Sédatives: relaxent et calment une personne irritée.

rêgle douloureuse

Problématique: Anxiété spasmophile

Les plantes anxiolytiques sont les spécialistes. Elles peuvent être utilisées en combinaison avec des plantes aux propriétés suivantes:
calmantes et sédatives: apportent du calme, induisent le sommeil;
antispasmodiques: réduisent les tremblements.
Ces plantes sont suggérées en cas de symptômes légers et en prévention.
Au Québec, votre herboriste devra vous référer au médecin à qui sont réservés les troubles anxieux.

Anxiete spasmophile

Problématique: Migraine

Les plantes antimigraineuses sont les spécialistes. Elles sont souvent employées avec des plantes antalgiques et calmantes. Selon la cause de la migraine d’autres plantes peuvent éliminer le problème à la source:
Lutéotropes: synthétisent la progestérone (migraines cataméniales: syndrome prémenstruel, pré ménopause);
antispasmodiques, hépatiques et cholagogues: réduisent les migraines causées par les spasmes de la vésicule biliaire (dans le cas de migraine hépatobiliaire);s
-Fluidifiant sanguin, anti-inflammatoire, vasodilatatrices;
Grande camomilleTanacetum parthenium: grande spécialiste de la prévention et réduction de l’occurrence et d’intensité. C’est une plante qui fonctionne en totum.
– Les migraines peuvent être un symptôme de causes grave. Il faut voir un médecin pour identifier la cause.

Problématique: Lombalgie – mal de dos

Les plantes anti-inflammatoires, antalgiques et antispasmodiques viennent relaxer les muscles et diminuer la douleur. Elles seront assistées par des plantes aux propriétés suivantes:
Toniques veineuses et lymphatiques: décongestionnent la région;
Minéralisantes: nourrissent tout le système locomoteur, autant nerveux que squelettique.
Bien entendu, il y a des ostéopathes, chiropracticiens, massothérapeutes, physiothérapeutes qui seront d’une aide indispensable pour ce genre de problématique.

lombargie

Problématique:
Flatulences et ballonnements

Les plantes carminatives sont les grandes expertes pour les troubles de flatulence et de ballonnement. Cependant selon la cause du problème elles peuvent être alliées aux plantes avec les propriétés suivantes:
Antiputrides: nettoient le tube digestif en cas de mauvaises fermentations;
Amères ou digestives, aromatiques: soutiennent la digestion;
Antispasmodiques: calment la musculature lisse du tube digestif;
Cholérétiques et cholagogues: augmentent le flux de bile qui est un suc digestif utilisé par l’intestin grêle.

Oups flatulence

0Problématique:
Digestion lente (dyspepsie)

En cas de digestion difficile les plantes digestives ou amères sont les spécialistes. Cependant selon la cause du problème elles peuvent être alliées aux plantes avec les propriétés suivantes:
Carminatives: éliminent les gaz;
Antispasmodiques: calment la musculature lisse du tube digestif;
Aromatiques: stimulent la muqueuse gastro-intestinale;
Cholérétiques et cholagogues: augmentent le flux de bile qui est un suc digestif utilisé par l’intestin grêle.

digestion lente

Utilisation de plantes antispasmodiques

La tisane

La bonne tisane chaude en soi a un aspect relaxant qui n’est pas à négliger en cas de spasme. Les tisanes seront efficaces pour extraire les huiles essentielles, les flavonoïdes et les minéraux solubles dans l’eau. Afin de vous assurer de bénéficier des huiles essentielles, prenez les précautions suivantes:

  • Les plantes séchées perdent leurs huiles essentielles facilement. Préférez les plantes fraîches. Si vous utilisez des herbes séchées, vérifiez que la plante n’ait pas été réduite en poudre, que sa couleur est pimpante et que son odeur est agréable et forte. Lire l’article : transformation séchage pour plus d’informations.
  • Lors de la préparation de la tisane carminative, couvrez votre tisane d’un couvercle (idéalement refroidi). Ce geste conservera les huiles essentielles dans votre tisane.
  • Lire l’article: Transformation infusion / décoction pour bien réussir vos infusions.

Voici des plantes antispasmodiques qui seront efficaces en infusion: Achillee millefeuille (SF), Aneth (GR), Anis vert (FR), Anis étoilé (FR), Basilic (FE, SF), Camomille allemande (FL), Camomille noble (FL), Cardamone (GR), Carvi (GR), Cataire (FE, SF), Coquelicot (Pétales), Pavot de Californie (pétales), Estragon (Partie aérienne), Fumeterre (SF), Girofle (clou), Grande camomille (partie aérienne), Lavande officinale (FL), Livèche (GR), Mélisse (FE, SF), Menthe poivrée (FE), Passiflore officinale (partie aérienne), Radis noir

Voici les plantes antispasmodique qui seront efficaces en décoction: Acore odorant (Rhizome), Angélique (RA)

Voici les plantes dont les décoctions seront utiles en compresse pour le système musculaire: Lierre grimpant (FE), Tilleul (FL)

FE= feuille; FL= fleur; GR=graine; RA=racine; SF= sommité fleurie

Les solvants recommandés

Pour les plantes antispasmodiques le choix des solvants peut être difficile. Non seulement il faut vérifier les principes actifs que l’on veut extraire mais aussi ceux qu’on ne veut pas extraire. En effet, l’alcool est un bon solvant pour les principes actifs antispasmodiques mais on l’évite quand même pour certaines plantes qui ont des lactones ou des alcaloïdes indésirables.

Voici les bons solvants pour profiter des huiles essentielles chez les plantes carminatives:

Pour plus d’infos sur les transformations à faire avec les solvants:

  • Eau: infusion, décoction, infusion solaire
  • Alcool, vinaigre: concentré liquide d’alcool, de vinaigre, teinture, teinture mère, vinaigre
  • Huile: macérat huileux, macération

Avertissement

En cas de troubles importants ou de maladies chroniques, consultez un médecin.

Il est dangereux de faire son propre diagnostic et de pratiquer l’automédication.

Avant de consommer une plante: s’assurer de bien l’identifier et toujours lire la notice: “Précautions et interactions avec les médicaments” dans les fiches plante associées.

Les posologies sont données à titre indicatif et sauf précision contraire elles sont adaptées à l’adulte.

Malgré tout le soin apporté à la rédaction de l’article, une erreur aurait pu s’y glisser. Nous ne saurions être tenus pour responsables de ses conséquences ou d’une interprétation erronée, car, rappelons-le, aucun article ne peut remplacer l’avis du médecin.

Références
  1. Même si l’on attribue les propriétés à certains principes actifs, en herboristerie on cherche à utiliser la plante dans son totum et non chaque composé de façon isolée.
  2.  U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service. 1992-2016. Dr. Duke’s Phytochemical and Ethnobotanical Databases. Home Page, http://phytochem.nal.usda.gov/ http://dx.doi.org/10.15482/USDA.ADC/1239279
  3. Même si l’on attribue les propriétés à certains principes actifs, en herboristerie on cherche à utiliser la plante dans son totum et non chaque composé de façon isolée
  4. Morel, J. (2017). Traité pratique de Phytothérapie. Escalquens : Grancher
  5. U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service. 1992-2016. Dr. Duke’s Phytochemical and Ethnobotanical Databases. Home Page, http://phytochem.nal.usda.gov/ http://dx.doi.org/10.15482/USDA.ADC/1239279
  6. Valnet, J. (2019). La phytothérapie, se soigner par les plantes. Paris : Vigot
  7. Jacquemard, K. (2019). Le guide de la phytothérapie au quotidien. Paris : Rustica
Partager l'article :